Home / Economie / Maintenance des réseaux et canalisations: 19 milliards DA consacrés à chaque wilaya

Maintenance des réseaux et canalisations: 19 milliards DA consacrés à chaque wilaya

Pour la couverture des coûts de maintenance et d’assainissement des réseaux d’eau potable et canalisations de transfert et de distribution, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib a fait savoir qu’une enveloppe de 19 milliards DA est consacrée à chaque wilaya.

Au titre des programmes de développement, l’Etat a mobilisé des moyens financiers considérables à travers les efforts consentis pour garantir la couverture les besoins à travers tout le territoire national. A une question du député Salah Zouiten (Union Ennahda-Adala-Bina) lors d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN), sur la crise d’alimentation en eau potable à Skikda et les mesures prises par le ministère, Necib a précisé qu’une enveloppe financière de 200 millions DA a été consacrée à la réalisation d’un programme urgent de deux opérations. Il s’agit, a-t-il indiqué, du forage de 3 puits à Guerbès et du transfert de ses eaux à El-Marsa à travers une canalisation de 10 km pour couvrir les besoins croissants en eau potable dans cette ville, notamment en été et durant le mois de Ramadhan. La deuxième opération concerne la réalisation d’une station de dessalement au niveau d’El-Marsa d’une capacité de production de 1.000 m3/j avant l’été prochain. «Grâce à ces deux opérations, l’alimentation en eau potable dans la commune d’El Marsa connaîtra une amélioration notable», a-t-il assuré. Le député s’est interrogé également sur la possibilité de réalisation d’une station de dessalement d’une capacité de 10.000 m3 à El-Marsa et ses environs, outre le renouvellement de la canalisation de raccordement (14 km) pour mettre un terme à la déperdition des eaux ainsi que la réfection de la conduite de raccordement principale (barrage Zerdaza-commune d’El-Harrouch). Dans sa réponse, le ministre a évoqué une opération de réfection et de réhabilitation de 7 stations de dessalement dont une station dans la commune de Larbi Ben M’hidi d’une capacité de 5000 m3/j, ce qui renforcera l’alimentation au niveau de la commune. En vue de couvrir durablement les besoins en eau potable dans les communes d’El Marsa, Benazouz et Bekkouche Lakhdar, il nécessaire de consacrer un quota de 20.000 m3/j à la région qui seront transférés à partir de la grande station de dessalement programmée à Echatt (wilaya d’El Tarf) d’une capacité de production de 300.000 m3/j. Le projet est actuellement à l’étape des procédures d’appel d’offre, a-t-il ajouté. Concernant la la conduite de raccordement entre le barrage de Zerdaza et la station de Salah Bouchaour, le ministre a soutenu que les travaux de réfection et de maintenance ont été achevés, faisant remarquer que le niveau des eaux du barrage de Zerdaza a baissé sensiblement en raison d’une faible pluviométrie en début de saison, ce qui a empêché le lancement des essais techniques.

Un dévasement 100% algérien

Necib a indiqué que le barrage de Zerdaza comptera parmi les infrastructures qui feront l’objet de dévasement avec des équipements made in Algeria. Le ministre a fait savoir que le pillage était à l’origine du volume le plus important des eaux perdues au niveau de la conduite de transfert des eaux traitées entre le barrage de Zerdaza et la ville d’El Harrouch, ajoutant que le raccordement illégal cause une déperdition de près de 40% du volume d’eau au niveau du barrage. Necib a ajouté, à ce propos, qu’il a été procédé à une évaluation du coût de maintenant de la conduite qui sera sécurisé à la faveur d’un montant considérable. Par ailleurs, le ministre indiqué que son secteur proposera, dès la disponibilité d’un financement, l’inscription de la réalisation du barrage de Ramdhan Djamel, et ce après l’achèvement de l’étude préliminaire du projet de réalisation d’une infrastructure d’une capacité de 107 millions de m3 destinée à l’alimentation en eau potable des populations de 4 communes et à l’irrigation du périmètre de Saf-Saf sur une superficie de 1800 hectares. Concernant la réalisation d’une station de traitement des eaux usées à Flifla, située dans la zone extension touristique (ZET) à proximité de la nouvelle ville Bouzaaroura, le premier responsable du secteur a indiqué que le gouvernement a dégelé le projet auquel a été allouée une enveloppe de 2,5 milliards DA, ajoutant que la station contribuera à la protection des côtes et à la lutte contre les déversements anarchiques dans cette région touristique.
Le ministre a ajouté que les procédures légales inhérentes au projet ont été engagées par l’adoption du cahier de charges et le lancement de l’appel d’offres dans la presse nationale le 10 janvier en cours.

Samir Malek

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …