Home / Actualité / makri à propos de l’Arrestation de Saïd bouteflika, Toufik et Tartag : «Un développement qualitatif»

makri à propos de l’Arrestation de Saïd bouteflika, Toufik et Tartag : «Un développement qualitatif»

Le président du mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, a réagi hier à l’arrestation de Saïd Bouteflika, frère de l’ancien président, et des deux anciens patrons du renseignement, en l’occurrence les généraux Bachir Tartag et Mohamed Mediene, dit Toufik. Se «félicitant» de voir «les têtes de bandes» répondre de leurs actes devant la justice, «malgré leur immunité et leur puissance», pour le patron du MSP, c’est «le système politique en place depuis 20 ans qui a favorisé la création de cette bande, en la dotant d’une puissance et d’une immunité». Selon lui, «il s’agit d’un développement qualitatif important dans la compagne d’arrestation en cours en Algérie». «Cette campagne d’arrestation confirme que le système politique basé sur la fraude électorale et la confiscation de la volonté populaire, a contribué dans la création de cette bande mafieuse», a indiqué le président du MSP. Dans ce contexte, il a souligné qu’une véritable démocratie «est la seule voie qui préservera le pays de la formation d’une autre bande, et de l’émergence d’autres dirigeants de la mafia». Abderrazak Makri a appelé par la suite, à soutenir ce processus «de lutte anticorruption».
Il expliquera à cet effet, que pour garantir «la poursuite, l’efficacité et l’équité de la lutte contre la corruption, la conspiration et assurer la victoire, il faudra mettre en place des instituions parlementaires et judiciaires solides et crédibles». Cependant, l’éviction des trois «B» (Abdelkader Bensalah, Noureddine Bedoui et Mouad Bouchareb), la réponse aux revendications populaires et l’organisation d’une présidentielle transparente «sont les seules garanties de la continuité» de cette opération, selon Makri. «Bien que la lutte contre la corruption et les poursuites judiciaires engagées à l’encontre des personnes accusées de conspiration, soit une démarche très importante et devrait être soutenue par le public, il convient de rappeler que le point le plus important qui assure la continuité, est de répondre aux revendications des Algériens, exprimées dans le mouvement populaire», a-t-il soutenu. Et d’ajouter : «Il faudra dans ce cas là, que les 3B se retirent, pour assurer une transition démocratique, répondant ainsi à la volonté populaire, à travers des élections transparentes».
Pour Makri, «l’intérêt du pays pour assurer sa prospérité et son développement réside dans l’instauration d’un véritable système politique civil, et sortir définitivement du régime au front démocratique». Tout en saluant «la détermination conjoncturelle» de l’Etat-major de l’Armée à combattre la corruption, il dira également que «l’intérêt de l’institution militaire et la garantie de sa crédibilité, reposent sur son accompagnement et son acceptation d’une transition démocratique sereine, sans qu’elle ne soit partiale, comme elle l’a déjà été par le passé». Enfin, Abderrazak Makri a appelé à lancer «le processus de la vérité et de la justice», pour déterminer les parties ayant subi des préjudices électoraux, politiques et personnels, «à cause des interventions de l’ancien DRS qui, pendant de nombreuses années, a été le bras du système politique avec toutes ses composantes, en matière de fraude électorale et de poursuite des partis et des personnalités». Ce dernier était, selon lui, «le bras long» du pouvoir.
Fella H.

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …