Home / International / Malgré l’embargo et les appels au dialogue.. Les cargaisons d’armes arrivent en Libye

Malgré l’embargo et les appels au dialogue.. Les cargaisons d’armes arrivent en Libye

Les pays qui soutiennent le maréchal Haftar, dont les Emirats, préfèrent livrer les armes et que la guerre continue, plutôt que la réconciliation.

Les armes continuent d’affluer en Libye, malgré l’embargo établi par l’ONU. En 2011, alors que la Libye était en guerre lancée par l’ancien président français, Sarkozy, Washington et Bernard Henri Levy, BHL, l’ONU a interdit que les armes arrivent dans ce pays. Pour la communauté mondiale, il était primordial d’interdire les armes, pour que la guerre soit arrêtée. L’embargo avait pour but d’empêcher la guerre et d’encourager les milices au dialogue, la paix et la réconciliation. L’attaque lancée par le maréchal Haftar contre la capitale de la Libye, est accompagnée par la relance de la livraison d’armes à ce pays, ne respectant pas l’embargo de l’ONU. Les pays qui soutiennent le maréchal Haftar, dont les Emirats, préfèrent livrer les armes et que la guerre continue, plutôt que la réconciliation. Les Emirats sont dénoncés pour leur participation aux crimes de guerre, commis par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contre le Yémen. L’Egypte est un autre pays qu soutient le maréchal Haftar.
Ce pays prouve qu’il n’est pas autant arrogant que les Emirats, mais le président égyptien soutient le maréchal Haftar. L’Arabie saoudite soutient le maréchal Haftar, et n’œuvre pas pour la paix en Libye. L’Arabie saoudite est un pays dénoncé pour les crimes de guerre, commis au Yémen et ailleurs. L’attaque lancée par le maréchal Haftar contre la capitale de Libye, le 2 avril, est dénoncée par la communauté mondiale, mais non par les Emirats, Washington et l’Arabie saoudite. L’embargo sur les armes n’est pas respecté par ces pays. La réconciliation en Libye n’intéresse pas les Emirats, Washington et l’Arabie saoudite. La Turquie soutient le gouvernement de concorde nationale, en guerre contre le maréchal Haftar. Ankara a envoyé des cargaisons d’armes en Libye, il y’ a quelques jours, écrivent les médias. Les combats ont gagné en intensité mardi, entre les forces loyales au Gouvernement d’union nationale (GNA) et les troupes du maréchal Khalifa Haftar, au sud de la capitale libyenne, après plusieurs jours d’une accalmie relative, selon des journalistes de l’AFP.
Le maréchal Haftar, l’homme fort de l’est du pays, et son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), font toujours face à une résistance farouche des forces du gouvernement de concorde nationale GNA, reconnu par la communauté internationale. Des tirs à l’artillerie lourde ont été entendus mardi, depuis le centre de la capitale. Il s’agit des affrontements les plus violents depuis le début du mois de jeûne, le 6 mai. Des affrontements ont eu lieu, notamment dans le quartier de Salaheddine, en banlieue sud, où les forces pro-GNA ont gagné du terrain, selon leur porte-parole, Moustafa al-Mejii. Des journalistes de l’AFP, qui ont pu avoir accès au front mardi, ont constaté une avancée de deux à trois kilomètres des forces du GNA. Les pays qui soutiennent le maréchal Haftar envoient les armes durant, notamment, le mois du Ramadhan.
Mounir Abi

About Letemps

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …