Home / Société & Region / Mansourah.. La pépinière de toutes les convoitises

Mansourah.. La pépinière de toutes les convoitises

Longtemps abandonnée à son sort, la pépinière de la commune, située à la cité de Mansourah, est au centre de toutes les convoitises. S’étendant sur une superficie de 13.000 mètres carrés, ce magnifique jardin public et pépinière surplombe l’antique minaret et sites historiques de Mansourah. Une enveloppe d’un milliard de cts a été allouée pour la réalisation d’une clôture, mais selon un élu de l’APC de Mansourah, «cette pépinière est sur le point d’être cédée à un promoteur ciblé pour la réalisation d’une unité de récupération et de transformation de déchets et cela dans le cadre d’un investissement». «L’opérateur s’est même permis d’arpenter les lieux qui renferment aussi des hangars qui abritaient auparavant des jeunes plants», souligne-t-il. Il est vrai que la pépinière est implantée dans l’un des plus beaux quartiers résidentiels de Tlemcen et Mansourah, mais derrière cet investissement se cachent plusieurs desseins inavoués. Le terrain est depuis longtemps convoité par la maffia du foncier. C’est pour cela que certains élus n’écartent pas «la ruse d’investissement derrière laquelle se masque un lotissement au profit de certains individus». Affaire à suivre…

Les locaux de la discorde
Quarante (40) des 80 bénéficiaires des locaux, appelés communément «locaux du président», ont été délocalisés vers le nouveau marché couvert d’Imama et les 40 autres devaient prendre possession de leurs locaux au nouveau marché batimétal, situé à la cité des 500 logements de Bouhanak. Sauf que cette opération est entourée de beaucoup d’opacité, selon certains élus de l’APC de Mansourah qui dénoncent «l’affectation des 40 locaux du nouveau marché Batimétal à d’autres personnes ciblées, comme l’atteste la liste établie par le maire sans l’aval de l’Assemblée», ce qui va provoquer, selon eux, «une vague de protestation des limites des vrais postulants à ces locaux qui leur reviennent de droit». Selon les élus, «il a été convenu de délocaliser tous les 80 locaux du président afin de les réaffecter par la suite à des artisans, des avocats et à toute autre activité professionnelle». Ainsi et si aucune révision de cette liste n’intervient dans les plus brefs délais, les locaux du nouveau du marché Batimétal seront détournés au profit d’autres personnes non inscrites et n’ayant pas activé auparavant. Cette affaire a déjà provoqué des dissensions au sein d’APC de Mansourah qui se trouve d’ailleurs au centre de plusieurs scandales.

Sabotage au parc communal
Le parc roulant de l’APC de Mansourah serait victime d’actes de sabotage, selon les élus qui, après l’incarcération de leur collègue élue dans une affaire de corruption, ont vu leurs langues se délier. Deux d’entre eux ont d’ailleurs démissionné de cette assemblée suite à cette affaire. «Un camion-citerne, d’une capacité de 13.000 litres et flambant neuf, s’est vu désossé de tous ses éléments mécaniques», affirment-ils, et de s’interroger sur «le sort et la destination de toutes ces pièces, y compris les pneumatiques». L’engin a été acquis, selon eux, au prix fort, soit 1,370 milliard de cts et cela depuis moins d’une année. L’on évoque plusieurs malversations ayant touché ce parc devenu «un fonds de commerce pour certains, car aucun contrôle ne s’effectue en amont et en aval de toutes les pièces commandées et les équipements achetés». Pour les élus, «ce n’est là que la face apparente de l’iceberg, car pour les produits consommables, comme les détergents et les peintures, c’est l’anarchie totale, sachant qu’il n’est effectué aucun contrôle sur ces produits depuis la livraison jusqu’à leur consommation». Ce qui suppose une surfacturation et une surestimation des quantités.
B. S.

Check Also

Dilapidation de deniers publics à la maternité de Sidi Bel-Abbès.. Le procès reporté

Le procès de dilapidation de denier public à la maternité de Sidi Bel-Abbès, qui devrait …