Home / Actualité / «Marchandages» pour soutenir Bouteflika en 1999: Le RND répond au FLN

«Marchandages» pour soutenir Bouteflika en 1999: Le RND répond au FLN

Les propos tenus par le secrétaire général du FLN, Djamal Ould Abbès, et dans lesquels il a accusé le RND et le MSP d’avoir «marchandé» leur soutien au président de la République, Abdelaziz Bouteflika avant sa première élection à la tête du pays en 1999, ne passe pas comme une lettre à la poste.
Le parti du Rassemblement national démocratique (RND) a démenti dans un communiqué sur sa page Facebook, daté du jeudi 19 juillet, les propos que Djamel Ould Abbès a tenus en début de semaine, au sujet du soutien «conditionnel» du RND à la candidature de Bouteflika en 1999. «La position personnelle du secrétaire de l’époque (Tahar Benbaibèche) avait conduit la direction du parti à lui retirer sa confiance et à élire Ahmed Ouyahia comme secrétaire général du parti et soutenir la candidature du moudjahid Abdelaziz Bouteflika, sans contraintes ni condition depuis 1999», a-t-on écrit dans le communiqué. «Il s’agit d’un soutien constant du parti qui procède de la conviction que la continuité dans le renforcement des acquis réalisés par l’Algérie sous la conduite de son excellence Abdelaziz Bouteflika», a-t-on souligné. Djamel Ould Abbès avait indiqué dans une déclaration à la presse, à l’issue de sa réunion avec le bureau de son parti d’Alger, confirmé par la suite par un communiqué du Bureau politique du FLN, que les responsables du RND de l’époque (1999) voulaient marchander leur soutien par des postes de ministres, de walis et d’ambassadeurs. Évoquant l’élection présidentielle de 1999, Ould Abbès a rappelé que le FLN était le premier à avoir soutenu la candidature d’Abdelaziz Bouteflika (il s’est présenté en candidat libre). «Après, des partis sont venus le voir. Ce n’est pas un secret, le président d’un parti islamiste, qui était ami du président, aujourd’hui décédé, a demandé au président ce que sera l’après-élection. Le président a répondu : «Moi, je ne promets rien du tout. Celui qui veut voter pour moi, mon programme est là. Je ne suis pas venu pour faire du marchandage». Un autre parti, tout nouveau, est venu demander le nombre de postes de walis et de ministres qui lui seront attribués (après l’élection). Le président a répondu que cela se passe dans un souk el fellah et qu’il n’était pas venu pour vendre ou acheter, a-t-il déclaré.

Le MSP dément

Le parti du MSP a également réagi aux propos du SG du FLN. Dans une déclaration publiée le 18 juillet, sur sa page officielle Facebook, il a indiqué que «Cheikh Nahnah n’est pas un homme de marchandage. C’est lui qui a cédé son droit à la présidence de la République, après avoir été plébiscité par les électeurs en 1995», a écrit le MSP. «Cheikh Mahfoud Nahnah n’a pas besoin de quelqu’un pour défendre son honnêteté et ses sacrifices pour le pays. Tout le monde connaît son rôle essentiel dans la sauvegarde du pays, chose que les autres politiques de son âge et de son rang n’ont pas faite», a-t-on indiqué.

F. H.

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …