Home / Actualité / Marche des étudiants à Boumerdès.. «Libérez les détenus et les révolutionnaires !»

Marche des étudiants à Boumerdès.. «Libérez les détenus et les révolutionnaires !»

Les étudiants de l’université de Boumerdès ont protesté hier, dans les rues pour réclamer le départ de système en place et exiger la libération des détenus d’opinion au nombre de 34 militants. Ces derniers ont été arrêtés lors des deux derniers vendredis de protestation à Alger contre le système, alors qu’ils brandissaient un emblème amazigh. La marche s’est ébranlée à partir de la fac «Inim» où les étudiants se sont rassemblés massivement comme de coutume. plusieurs pancartes sur lesquelles sont affichés des écriteaux dénonçant le système en interdisant le port de l’emblème amazigh et l’arrestation de militants puis leur mise en détention dans des prison pour des chefs d’inculpation qui, selon eux, ne collent pas avec la réalité et ce que réclame le peuple depuis le 22 février dernier.
Les étudiants ont scandé des slogans hostiles au pouvoir en place et appelé à la libération des militants du mouvement populaire arrêtés à Alger et placés sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi M’hamed. «Liberez Billel Bacha et les deux jeunes de Taouarga et tous les détenus d’opinion !», ont scandé les manifestants avant de poursuivre : «emprisonnez plutôt les traîtres et ceux qui ont détourné des milliards de dollars et appauvri le pays !».
«Système dégage !», «Bensalah dégage !», «Bédoui dégage !», «pouvoir assassin !», «libérez Bouragaâ et cessez vos atteintes contre les révolutionnaires ayant libéré le pays du joug colonial !», tels sont entre autres les slogans scandés par les étudiants. Parmi les détenus, trois sont originaires de Boumerdès, notamment de Naciria et de Taouarga. Naciria vit depuis ces derniers quinze jours au rythme de manifestations et marches pour réclamer la libération de Billel Bacha, un militant associatif et président du conseil communal du RCD. Aujourd’hui, une grève générale est prévue pour réclamer la libération des deux jeunes de Taouarga arrêtés vendredi dernier à Alger, en possession d’étendards amazighs. Les deux jeunes, Boualouache Kamel et Chami Arezki ainsi que les autres manifestants sont incarcérés au niveau de la prison d’El Harrach.
Z. Mohamed

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …