Home / Actualité / Mariages blancs… pour 20 000 euros

Mariages blancs… pour 20 000 euros

Un réseau mettant en relation des Algériens a été démantelé en France

La police française a démantelé un important réseau de mariages blancs, qui opérait dans la région parisienne et mettait en relation des ressortissants français avec des citoyens de nationalité algérienne.

Un Phénomène qui ne cesse d’exploser en France, le mariage blanc, ou frauduleux, permet aux personnes se trouvant en France, en situation irrégulière, de résider légalement après avoir obtenu un titre de séjour. Le réseau démantelé a mené à l’arrestation de quatre individus, présentés en milieu de semaine devant un juge parisien, soupçonnés d’avoir été les chevilles ouvrières, rapporte le journal français Le Parisien. La même source précise que ce réseau facturait ses prestations entre 14.000 et 20.000 euros. Au début, l’affaire a été mise au jour, lorsqu’une des victimes de ce réseau avait été séquestrée dans la région de Valenciennes, au Nord de la France. Ce qui a laissé donc croire que le réseau opérait à partir de l’Ile-de-France. Une fois saisie, la justice a confié l’enquête à la Sous-direction de la lutte contre l’immigration irrégulière (SDLII), ajoute le quotidien français, indiquant qu’au fil de son travail d’investigation, les enquêteurs sont parvenus à mettre au jour les agissements des quatre individus. Ces derniers ont été interpellés lundi, à travers toute l’Ile-de-France, alors que «les perquisitions, notamment au domicile du chef du réseau, ont permis de saisir divers ordinateurs, téléphones et documents liés à l’organisation de ces mariages, attestant qu’ils mettaient en relation des ressortissant(e)s français(es) avec des citoyens de nationalité algérienne, ce qui permettait à ces derniers de résider légalement sur le territoire national». Une tenue de mariage traditionnelle a, par ailleurs, été découverte, ainsi que 2900 euros en liquide. D’après la même source, «chacun de ces mariages de complaisance était facturé entre 14 et 20.000 euros». Indépendamment de l’affaire, le démantèlement de ce réseau vient dévoiler l’ampleur qu’a prise ce procédé illégal, que suivent beaucoup d’immigrants, une fois arrivés sur le sol français, dans l’objectif d’avoir un titre de séjour, voire d’accéder à la nationalité. Cette proportion a pris une courbe ascendante, à tel point que l’on parle désormais de phénomène. Ils sont de plusieurs nationalités à suivre le mariage blanc, gris ou frauduleux, dont des marocains, des tunisiens, des chinois, des africains-subsahariens et aussi des algériens. Le 11 septembre dernier, un algérien âgé de 36 ans a été condamné à une peine de deux mois d’emprisonnement, par le tribunal de Nevers, dans le centre de la France, pour avoir contracté un mariage blanc avec une française, âgée de 47 ans.

Législation renforcée
Le nombre de mariages blancs ou gris, contractés chaque année en France, est estimé à plusieurs milliers, et, à titre de comparaison, la Belgique empêche 7.000 unions suspectes par an. En France, les mariages ont concerné, en 2017, près de 21 % des cas de naturalisation, et selon l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), les mariages mixtes ont gagné du terrain en France, ces dernières années. C’est pourquoi la législation en la matière est, depuis 2003, renforcée, puisqu’«avant la célébration du mariage, l’officier de l’état civil doit entendre les futurs époux, afin de déceler les éventuels indices d’un mariage de complaisance, à moins qu’il n’ait aucune raison de douter de la réalité du consentement des intéressés». L’audition de ceux-ci est en principe commune. «Cependant, en cas de besoin, l’officier de l’état civil peut s’entretenir séparément avec chacun d’eux», exige la loi, et si des «indices sérieux» laissent supposer une absence de consentement, l’officier peut refuser de célébrer le mariage, et saisir le procureur de la République, lequel peut autoriser le mariage, s’y opposer, ou décider que la célébration sera reportée, en attendant les résultats de l’enquête qu’il fait entreprendre. Une procédure qui continue d’avorter beaucoup de tentatives de mariage frauduleux en France.

 

Aïssa Moussi

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …