Home / Algérie / Mawlid Ennabaoui à Béni Abbès: Une célébration unique en son genre

Mawlid Ennabaoui à Béni Abbès: Une célébration unique en son genre

La célébration du Mawlid Ennabaoui (anniversaire de la naissance du prophète Mohamed QSSL) à Béni Abbès (240 km au sud de Béchar) est une fête religieuse et culturelle célébrée de façon unique en son genre tant en Algérie qu’à travers les pays du Maghreb.

Chaque année, des milliers de personnes prennent part à cette célébration devenue l’une des fêtes religieuses les plus attendues par les populations de la Saoura et des autres régions du pays. La célébration, dans la pure tradition, du Mawlid Ennabaoui à Béni Abbès, qui remonte à plusieurs siècles, est marquée par des rituels spécifiques, dont le badigeonnage à la chaux des mausolées et autres lieux de culte, en hommage aux saints patrons de cette région du Sud-ouest, à l’instar du fondateur de la ville, Sidi Othmane Gherib, en plus de cérémonies spécifiquement religieuses telles que les séances quotidiennes (durant 07 jours) de récitation du saint Coran et de Dikr (Evocation), dans les mosquées et écoles coraniques, qui sont à l’origine du vif succès de cette fête auprès des populations, expliquent des chercheurs locaux en patrimoine. La célébration de cette fête religieuse, qui mérite, selon de nombreux avis, un classement au registre du patrimoine culturel immatériel, reflète les traditions et les coutumes religieuses les plus vivaces, qui n’ont aucune relation avec l’ostracisme, ni l’extrémisme. Il s’agit plutôt d’exprimer l’attachement à la religion musulmane et à son prophète Mohamed (QSSL), la joie, la solidarité, le bonheur d’être ensemble, dans le cercle élargi qui englobe la famille, le Ksar, la communauté, la localité ou la région. Participer à cette célébration, c’est accomplir un devoir de fidèle et prendre une part effective à un événement religieux, culturel et social qui a marqué l’histoire de l’Islam, soulignent ces chercheurs. Le Mawlid Ennabaoui est fêté avec une grande ferveur dans cette région où les rituels propres à cette célébration débutent par dix veillées de chants panégyriques en l’honneur du Prophète (QSSL), notamment ceux intitulés «Mawlidia», «El-Borda» et «El-Hamzia», et ce dans toutes les mosquées de la ville de Béni-Abbès et des localités limitrophes, comme le veut la tradition. Au titre de la même célébration, est aussi organisé le «Haybousse», ou cérémonial de «Laâbar», qui consiste à peser les quantités de semoule que les femmes doivent rouler pour faire du couscous destiné à l’offrande aux invités et autres fidèles, tout en récitant des louanges du Prophète (QSSL). En marge de ce cérémonial, un dromadaire ou plusieurs sont égorgés près de la Zaouïa de Sidi Mohammed Ben Abdeslam, et la viande est destinée à préparer la «Selka» (Offrande et rencontre religieuse), qui débute juste après la prière du Dohr pour se terminer avant celle de l’Asr, avec la clôture de la lecture du Livre Saint au niveau des mosquées de ville.
Le couscous garni de viande est servi à tous les présents après la prière du Maghreb le jour de la célébration du Mawlid Ennabaoui qui coïncide cette année avec le 20 du mois de novembre. Durant cette journée, les élèves des différentes écoles coraniques de la région, en compagnie de leurs enseignants, effectuent des visites aux différents mausolées des saints en entonnant des chants religieux à l’instar de «Nouba» et de «Trada» au cours de leur périple, qui les amène directement à la «Masrya» ou la grande place du «1er novembre 1954», située au centre de Béni-Abbès, et ce après la prière de l’Asr pour assister à la lecture de la «Fatiha» du Coran par la présence.

Baroud…et Feziaâ

A la fin de la lecture de la «Fatiha», les salutations du Prophète (QSSL) fusent de partout pour annoncer l’ouverture officielle de la célébration du Mawlid Ennabaoui, où entrent en parade les différentes formations folkloriques du Baroud, et ce jusqu’à l’annonce de la prière du Maghreb. Cette cérémonie est connue sous la dénomination de «Feziaa». La «Feziaa», au centre de la célébration du Mawlid Ennabaoui ; la cérémonie de la «Feziaa», haute en couleurs, est au centre de la célébration du Mawlid dans la région et durant laquelle des centaines de gens du baroud (Shab El-Baroud), des différents ksour ou communes des wilayas du Sud-ouest, sont invités tant par la population que par le mouvement associatif qui ont pris à leur charge l’organisation de l’ensemble des cérémonies et rituels de cette célébration, à leur tête l’association locale «Siraj El Mounir». Les participants au cérémonial de la «Feziaa» est organisée depuis plus d’un millénaire sur la grande place de Masrya, dotée de gradins de plus de 500 places. Cette cérémonie est traditionnellement précédée de la lecture de la «Fatiha» du saint Coran par les milliers de fidèles présents à cette occasion à Béni-Abbès. La «Fezaâ» exprime la joie et la fierté des fidèles à la naissance du prophète Mohamed (QSSL), et constitue une marque de fidélité aux différents saints de la région, ainsi qu’aux ancêtres, soulignent des chercheurs locaux et des habitants de Béni-Abbès. En marge de ces cérémonies qui sont le reflet de l’attachement des fidèles au patrimoine culturel local, plusieurs autres activités culturelles et religieuses sont initiées avec la contribution de la wilaya-déléguée de Béni-Abbès et plusieurs autres secteurs d’activité, notamment des concours de récitation du Coran, des manifestations culturelles, en plus de cérémonies de circoncision d’enfants à l’occasion de cette célébration qui est marquée généralement par la présence de centaines de touristes nationaux et étrangers.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …