Home / Actualité / Me Mostefa Bouchachi : «Pas de dialogue avec les restes du régime…»

Me Mostefa Bouchachi : «Pas de dialogue avec les restes du régime…»

Parmi les figures du mouvement 22 février, Me Mostefa Bouchachi, qui ne rate aucune occasion pour répondre aux manœuvres du régime en place. Face à l’appel d’Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’ANP, l’avocat ne mâche pas ses mots. «Oui au dialogue, mais pas avec les symboles du régime», a résumé Me Bouchachi. Dans une vidéo postée sur sa page facebook, il explique que, certes, «le dialogue est une méthode civilisée pour régler les problèmes». Mais, a-t-il ajouté : «je veux poser une question : dialoguer avec qui ? Comment et pourquoi ?». «La feuille de route des Algériens qui sortent depuis le 22 février 2019 est claire. Ils veulent le départ du régime et tous ses symboles à la tête des institutions de l’Etat. Les Algériens ont une position de principe par rapport au chef de l’Etat par intérim et au Premier ministre.
Donc, pas de dialogue avec les restes du régime de l’ex-président Bouteflika», a-t-il fait savoir. Tout en rappelant «le boycott massif» des consultations politiques organisées à l’initiative d’Abdelkader Bensalah, le 22 avril dernier, l’avocat militant des droits de l’homme estime que «les gens ne sont pas partis parce qu’ils considèrent que les représentants du régime n’ont pas de crédibilité nécessaire pour engager un dialogue». Pour preuve, «le chef de l’Etat par intérim a vécu dix-sept ans avec le régime», a rappelé l’avocat, alors que pour le Premier ministre, il en a pour «des dizaines d’années». Pour Me Mostefa Bouchachi, «si on veut un vrai dialogue, on doit le faire pour élaborer une feuille de route consensuelle». Il propose à cet effet «une période de transition dirigée par des hommes et des femmes acceptés par les Algériens». Lesquels «auront à adopter les législations nécessaires pour organiser des élections présidentielles ou d’autres consultations, avec une commission indépendante pour organiser les scrutins et un gouvernement neutre, composé de cadres honnêtes et non impliqués avec l’ancien régime».
A. M.

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …