Home / Actualité / Meziane Meriane (Snapest) et les sujets «difficiles» de certaines épreuves: «On ne peut faire du social avec le bac»

Meziane Meriane (Snapest) et les sujets «difficiles» de certaines épreuves: «On ne peut faire du social avec le bac»

Le baccalauréat 2018 est devenu un vrai feuilleton, où tous les épisodes nous amènent de nouvelles intrigues. Benghebrit rassure les candidats au sujet des questions difficiles de certaines épreuves.
Et pour raccourcir le bac, son département suggère de supprimer les langues française et anglaise de cet examen. Nouria Benghebrit a déclaré lundi dernier que la première opération de corrections des copies du bac aura lieu dans les «deux prochains jours», sans préciser le jour exact, c’est-à-dire mercredi ou jeudi, ce qui peut prêter à confusion, puisque le jeudi correspondra au 5 juillet, fête de l’Indépendance et considérée journée chômée et payée. En tout cas, si la date du 5 juillet est retenue pour le début de la première opération de corrections du bac, «il n’y a pas de raison de décaler cette opération. Et dès le départ, on doit tenir compte du calendrier», a déclaré au Temps d’Algérie M. Meziane Meriane, président du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest). Par ailleurs, lors des épreuves du bac, certains candidats se sont plaints de la difficulté de certains sujets, les mathématiques par exemple. Se voulant rassurante, la ministre de l’Education a, avant-hier, précisé que le facteur de la «difficulté des questions sera pris en considération dans l’évaluation des réponses», alors que Nouria Benghebrit avait assuré précédemment que «les sujets seront tirés du programme scolaire», donc accessibles. Dans une de nos précédentes éditions, des enseignants en mathématiques avaient estimé que le sujet de l’épreuve de mathématiques était «abordable et de niveau moyen». Pour le président du Snapest, «le sujet de mathématiques comprenait des questions de différents niveaux, du basique au moyen ou intermédiaire jusqu’au plus que moyen». «Comment vont faire ces élèves à l’université, ce n’est pas cela la vraie évaluation. On ne peut pas faire du social avec le bac», a-t-il insisté. «Effectivement, il ne faut pas bloquer le candidat avec des questions qui soient liées, pour qu’il puisse progresser dans la résolution du problème de mathématiques et ne pas le pénaliser», a-t-il ajouté.

«C’est un montage impossible»

Le département de l’Education planche sur la réforme du baccalauréat pour aboutir à un bac d’une durée de trois jours. Pour ce faire, des propositions du ministère de l’Education ont été faites. Elles suggèrent la suppression des épreuves de langues étrangères, le français et l’anglais, pour les scientifiques. «C’est un montage impossible, ce n’est pas en supprimant deux ou trois matières que l’on pourra ramener le bac à trois jours. Ce serait réalisable en réduisant la durée des épreuves», selon Meziane Meriane, qui préconise plutôt de «comptabiliser les notes des 2e et 3e années secondaires de ces matières, anglais et français, dans la fiche de synthèse de contrôle continu». La proposition de la suppression de ces deux matières «va désavantager l’élève. A l’université, certaines spécialités sont en français et l’anglais est indispensable dans les centres de recherches. Les élèves de terminale ne peuvent être que pénalisés», a relevé M. Merabet, qui a assisté à la réunion tenue dimanche dernier entre les responsables du ministère de l’Education et les syndicats.

Ce qu’il faut savoir sur les corrections

Le premier jour, il n’y a pas de correction. En fait, les correcteurs se réunissent par matière avec le responsable et discutent de la correction et surtout des détails du barème. Le barème ayant été établi lors de l’élaboration des sujets d’examen. Le deuxième jour, chaque correcteur sera en possession d’une enveloppe ou paquet contenant les copies des candidats regroupés sous forme de jury. Dans le paquet, il peut y avoir 100, 200 ou 300 copies de différentes wilayas. Le correcteur a un feuillet de notes sur lequel est porté le numéro de l’anonymat du candidat (tenu secret) ainsi que les notes.
La première correction terminée, le feuillet de notes sera remis à l’inspecteur. Ce dernier redonnera le paquet pour une deuxième correction. Un troisième feuillet fera la moyenne des deux feuillets.
Cependant, si la différence de la note est supérieure ou égale à 3, la copie subira une troisième correction, et la moyenne sera prise entre les notes qui se rapprochent le plus. A la fin de l’opération de correction des copies, les notes sont saisies et transférées à l’Office national des examens et concours (ONEC).

Malika Bougherara

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …