Home / Temps réel / Mila: Une unité d’intervention en milieu aquatique

Mila: Une unité d’intervention en milieu aquatique

 

Avec la mise en service d’une unité d’intervention, composée de plongeurs au niveau du méga barrage de Béni Haroun (Mila), le secteur de la protection civile a entamé dans la capitale de l’eau, une nouvelle ère placée sous le signe du développement et de la modernisation. Cette unité est l’aboutissement d’une longue démarche entamée depuis une vingtaine d’années alors que le barrage de Beni Haroun était en chantier et qu’une opération de sauvetage qualifiée de «délicate» après une inondation dans la région s’est soldée par le décès d’un élément de la protection civile, se souvient-t-on encore. L’unité principale de la protection civile du chef-lieu de wilaya avait été baptisée du nom du martyr du devoir national, Sayeh Boutout en signe de reconnaissance pour les sacrifices consentis au service du pays et «les relations» se sont consolidées entre ce corps constitué et le barrage de Béni Haroun d’une capacité de stockage avoisinant les 1 milliard m3 et dont l’impact social et économique pour le citoyen et le pays n’est plus à démontrer. Les missions d’interventions sur ce plan d’eau ont de tout temps constitué une «préoccupation majeure», affirme à l’APS, le colonel Mohamed Rédha Merbah, directeur local de la protection civile qui rappelle que le barrage de Beni Haroun a reconfiguré le paysage de la région et a imposé des nouveaux comportements auquel les services de la protection civile devaient s’adapter s’agissant de leurs missions. Les services de la protection civile et de l’Agence nationale des barrages et transfert (ANBT) enregistrent annuellement entre 6 à 8 cas de noyades dans ce méga plan d’eau qui s’étend sur 35km avec un bassin d’une superficie dépassant les 5 hectares, souligne-t-on. Cette préoccupation a été à l’origine d’un projet de réalisation d’un centre avancé de la protection civile sur les abords de ce barrage dont le taux d’avancement des travaux frôle les 70%, affirme le colonel Merbah, indiquant que ce projet sera réceptionné «courant 2018». Cette nouvelle unité aura pour mission de garantir la protection des estivants et visiteurs fréquentant cet endroit, de plus en plus convoité, a souligné le même responsable. Ce centre avancé d’intervention sera doté de moyens humains nécessaires à l’instar de maîtres-nageurs équipés dont 4 sont déjà opérationnels et 2 en cours de formation en plus de moyens logistiques principalement des embarcations pneumatiques pouvant atteindre le lieu de l’accident qui survient généralement au large du barrage en un temps records, lance le colonel .

Check Also

Open d’été (natation).. Record d’Algérie pour Amel Melih au 50m dos

La nageuse Amel Melih (GS Pétroliers) a établi un nouveau record d’Algérie au 50m dos …