Home / Actualité / Mises en demeure de zaalane aux entreprises: Les entrepreneurs mécontents

Mises en demeure de zaalane aux entreprises: Les entrepreneurs mécontents

Des mises en demeure ont été adressées aux entreprises défaillantes (environ 600) et des sanctions sont prévues par la loi, a déclaré dimanche le ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zâalane. Une déclaration qui n’a pas plu aux entrepreneurs qui ont exprimé leur «profond regret».

Lors de sa visite d’inspection dans la wilaya de Boumerdès, le ministre a fait savoir que les mises en demeure adressées concernent un nombre important de projets à travers des communes, daïras et wilayas du pays, en sus de projets de développement public centralisé. Soulignant que les mises en demeure adressées aux entreprises défaillantes et leur sanction sont prévues dans les dispositions du code des Marchés publics et le décret présidentiel relatif à l’organisation des Marchés publics ; le ministre a estimé que le contenu de ces marchés doit être scrupuleusement appliqué. «Nous ne devons pas fermer les yeux sur les retards dans la réalisation des opérations de développement», a lancé le ministre, expliquant que «ces retards causaient un grand préjudice à l’Etat sur plusieurs aspects, notamment le retardement de l’entrée en exploitation des investissements en question, les pertes supportées par le Trésor en raison de la réévaluation des projets, le gel des fonds débloqués pour le financement». Contacté hier, le président de la Confédération générale du patronat (CGP BTP) et de l’Union générale des entrepreneurs algériens (UGEA) M. El Frangi Mohamed a exprimé son total regret d’entendre les propos du ministre des Travaux publics sur la manière de traiter le dossier des retards dans la réalisation de projets publics. «Adresser des mises en demeure à des entreprises privées ou publiques, entamer des pénalités de retard et même aller vers la résiliation des contrats de réalisation des projets ne sont malheureusement pas une solution», affirme M. El Frangi. «Payez-nous, Après venez nous verbaliser !», lance-t-il. Pour lui, 90 % des retards dans la réalisation des projets du secteur des travaux publics sont causés par les non-payements des entrepreneurs. «Nous ne sommes pas payés par l’administration et les retards datent de plus de 2 ans», précise-t-il encore. «C’est le trésor public et les directeurs de wilaya des travaux publics qui doivent être sanctionnés et non pas nous les entrepreneurs», affirme-t-il. Notre interlocuteur ajoute que «les entreprises, notamment privées, n’arrivent même pas à couvrir leurs charges pour terminer les projets sans oublier le problème d’augmentation excessive des prix des matériaux de construction qui représente un obstacle particulièrement pour ceux qui n’ont pas eu de réévaluation de leurs projets». M. Frangi précise à propos des éventuelles résiliations de contrats avec les entreprises qui n’ont pas achevé les travaux que cela ne pourra être justifié qu’après payement des dettes aux entrepreneurs. Par contre, ajoute M. El Frangi, les entreprises qui ont eu leurs projets par le biais de contrats de gré à gré, qui sont en manque de savoir-faire et d’expérience sur le terrain et qui ont également causé des retards et même des pertes énormes au trésor public à force de refaire totalement leurs réalisations, leurs contrats doivent être non seulement bloqués mais l’administration est appelée à les punir. «La majorité de nos entreprises ont 50 ans d’existence sur le terrain ; nous avons acquis une expérience à travers laquelle nous avons participé à construire le pays», dit-il. Questionné sur d’éventuelles réunions entre son association et la tutelle, il précise que déjà sur le plan local, les directeurs des travaux publics des wilayas opposent la sourde oreille aux doléances des représentants des entrepreneurs. Que dire alors des réunions au niveau central ? «Ils doivent encore patienter».

Smail Mimouni

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …