Home / Sports / Mondial d’échecs: Latreche Sabrina se retire pour ne pas affronter une israélienne

Mondial d’échecs: Latreche Sabrina se retire pour ne pas affronter une israélienne

Elle est championne arabe et d’Afrique des échecs, elle s’appelle Latreche Sabrina, maître internationale âgée de 21 ans, elle avait remporté le championnat arabe et africain de jeu d’échecs en individuel «Dames».

La sociétaire de l’Olympique Moustakbel Sahel Eldjazair (OMSE) de Bologhine (Alger) avait tenu «en échec» de grandes stars du jeu d’échecs. Tout récemment elle s’était produite en Géorgie où elle devait aller loin dans cette compétition eu égard à ses compétences, elle a préféré se retirer d’un Championnat du monde d’échecs, qui se déroule actuellement pour ne pas avoir à affronter une participante israélienne. L’échéphile algérienne a abandonné la compétition lorsque le tirage au sort lui a désigné une adversaire israélienne. Comment sera faite sa carrière, après cette action qui n’est point la première. Membre de l’Association de la Sûreté nationale, Sabrina Latrèche est jeune et avait des capacités pour aller secouer le cocotier en matière de jeu de réflexion. Aujourd’hui, elle n’est pas et ne sera pas la première à avoir boycotter une compétition officielle à cause d’un représentant d’Israël. Le phénomène du boycott prend ‘d’autres proportions chacun de son côté, à travers le monde au lendemain de l’émergence de BDS, (boycotte désinvestissement et sanctions) ; une organisation qui appelle au boycott de tout produit venu d’Israël en soutien à la résistance Palestienne. BDS est soutenu par des personnalités mondiales telles, Roger Waters membre du mythique groupe de Pink floyd. Dans un autre chapitre, la championne du monde d’échecs une Ukrainienne avait perdu ses deux titres. Anna Muzychuk avait fait le choix de ne pas se rendre en Arabie Saoudite pour participer à un championnat tenu en 2012. Invoquant ses «principes», l’ukrainienne s’est exprimée : «J’ai décidé de ne pas aller en Arabie saoudite, (…) de ne pas porter une abaya (vêtement qui couvre les autres vêtements, de ne pas devoir sortir accompagnée et de ne pas me sentir comme une créature inférieure», avait déclaré la joueuse d’échec.
L’athlète s’est dite «prête à défendre [ses] principes et à louper l’événement». Ce problème prend d’autres proportions, et certains organes de presse n’en parlent pas beaucoup où ne veulent pas trop s’étaler sur le sujet, ils restent plutôt discrets et sceptiques sur les confrontations avec Israël. Il est grand temps aujourd’hui, que les responsables du sport national soient mêlés à ce sujet, nos athlètes demeurent souvent perplexes devant cet état de fait lequel souvent nous prive d’aller loin dans l’aventure compétitive. Tous les staffs techniques se sentent quelque peu inquiets sur l’avenir de leurs athlètes. Maintes fois, ils se retrouvent devant le fait accompli, mais choisissent généralement de se retirer de l’épreuve, une équation qui n’arrange pas les destinées de nos athlètes. L’on se rappelle qu’en judo l’ex-président Mati Messaoud, avait remarqué que «Durant notre mandat, nous faisions en sorte à éviter les athlètes de l’état hébreu, surtout dans des compétitions de préparation, l’on se retrouve souvent dans une position difficile. Maintenant, comment faire pour les éviter, nous avons par la suite, un autre athlète trahi par le tirage au sort, et c’est le judo algérien qui avait perdu des points. Un autre cas s’est déroulé à Malte dans le cadre de la coupe de la confédération méditerranéenne où un nageur algérien s’est vu prendre en photo avec un nageur de l’état hébreu sur le podium, ce jeune né à peine en 2001 ne savait où donner de la tête, des responsables d’un parti algérien, lui ont fait entendre des vertes et des pas mûres». Des décisions éparpillées où seuls, les pouvoirs publics disposent de la solution, mettre un holà sur ce cap ou laisser les choses se dérouler comme le prévoit la règlementation. Pour bon nombre d’acteurs du sport, il serait grand temps de réfléchir sur les décisions à prendre face à ce phénomène où nos athlètes et avec la situation qui prévaut en Palestine pourraient durcir le ton et exiger qu’Israël soit exclu des compétitions. En somme, l’ensemble des acteurs du sport national à plus haut niveau choisit de se retirer de la compétition, comme c’est le cas de Latreche Sabrina, même si le risque de se voir sanctionner reste grand.

Ahmed Chébaraka

About Armadex

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …