Home / Actualité / Non-respect des standards requis dans la fabrication du café: Algerac dément

Non-respect des standards requis dans la fabrication du café: Algerac dément

Aucune demande n’a été déposée auprès de l’Organisme algérien d’accréditation (Algerac), pour l’analyse de la conformité des cafés commercialisés sur le marché.

S’exprimant en marge d’une conférence de presse sur le salon international des boissons, biscuits et arômes au siège d’Algex, le directeur général d’Algerac, Noureddine Boudissa, a assuré, hier, que les organisations devront formuler une demande auprès d’Algerac, pour avoir la confirmation que le produit commercialisé sur le marché respecte les standards requis. Répondant sur la polémique de la conformité du café commercialisé sur le marché, notre interlocuteur a indiqué que «seuls les laboratoires agréés par Algerac sont en mesure de révéler si les produits respectent les standards ou pas». Dans ce sens, il a précisé qu’ «à ce jour, aucune demande n’a été déposée pour la confirmation de la qualité du café commercialisé sur le marché».
Boudissa a, à ce propos, appelé les producteurs à se rapprocher des laboratoires agréés par Algerac pour s’assurer de la conformité de leurs produits avant leur commercialisation et ce, afin d’éviter les malentendus. «Il est temps que les producteurs algériens s’assurent de la qualité de leurs produits avant leur commercialisation, car un produit conforme est un produit fiable et sûr», a-t-il soutenu. Il y a lieu de rappeler que lors de sa précédente déclaration, le président l’Organisation algérienne pour la protection et l’orientation du consommateur et son environnement (Apoce), Mustapha Zebdi, avait annoncé que pas moins de 84% des marques nationales de café ne respectent pas la réglementation en vigueur, en ce qui concerne la qualité et l’étiquetage. Des échantillons de 12 marques ont été analysés par trois laboratoires algériens afin de relever le taux de sucre additionnel dans le café. Dans le même sillage, Noureddine Boudissa s’est dit prêt à répondre à l’appel du ministère du commerce, en mettant à sa disposition des laboratoires spécialisés pour s’assurer du taux de sucre ajouté dans les produits de large consommation, et ce, conformément au règlement technique mis en place précédemment. Le DG d’Algerac a, ensuite, souligné le rôle que joue son organisme dans la confirmation de la qualité des produits. «C’est notre devoir de signaler les producteurs qui ne respectent pas les normes auprès des différents départements ministériels concernés», a-t-il assuré, avant d’ajouter : «Cette démarche permet, en premier lieu, de protéger le consommateur de tous les risques». En outre, Boudissa a mis en avant la volonté de certains producteurs d’avoir leurs propres laboratoires pour pouvoir contrôler la qualité de leurs produits. «Aujourd’hui, les demandes d’agrément pour les laboratoires privés sont plus nombreuses que pour le secteur public», a-t-il révélé, précisant qu’ «à ce jour, Algerac a octroyé plus de 100 agréments à des laboratoires privés et publics». Par ailleurs, le DG de l’organisme a fait savoir que les producteurs locaux qui veulent se tourner vers les exportations devront s’assurer des normes appliquées sur ces marchés. «Nous devons étudier chaque marché et ses exigences pour pouvoir nous tourner vers les exportations», a-t-il conclu.

Radia Choubane

About Armadex

Check Also

Ahmed Taleb IbrahimiI à l’Armée : «Écoutez les propositions des élites et des sages»

Dans une lettre intitulée «A la jeunesse du Hirak, préservez la dynamique du changement», reprise …