Home / Algérie / Nouvel An amazigh à Tlemcen: La fête était au rendez-vous

Nouvel An amazigh à Tlemcen: La fête était au rendez-vous

La fête était au rendez-vous sur l’ensemble du territoire de la wilaya de Tlemcen à l’occasion de la célébration du nouvel an amazigh. Malgré la diversité des traditions locales, Yennayer a réuni l’ensemble de la population autour de ce rituel ancestral. Les autorités locales ont, de leur côté, marqué cet évènement national par une forte symbolique en baptisant le grand jardin public de Riat El Kebir, nouvellement inauguré, du nom de «Jugurtha». Ce qui prouve que le peuple algérien, dans toute sa diversité culturelle, reste attaché à ses valeurs ancestrales et à la richesse de son histoire. A l’occasion, il a été mis en service le gaz de ville au profit de 110 foyers à la localité d’Ouled Youcef, dans la commune de Terny, et 153 autres foyers à la commune d’Oued Lakhdar, située à une quinzaine de kilomètres à l’est du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen où un riche programme cultuel a été élaboré pour la célébration de cette fête nationale. Ainsi, un grand défilé de troupes folkloriques a sillonné le centre-ville de la capitale des zianides depuis la grande poste jusqu’à la maison de la culture Abdelkader Alloula.
Un défilé, haut en couleur et varié en rythmes, représentant la typologie culturelle de toutes les régions de la wilaya, qui a drainé une immense foule. A la maison de la culture de Tlemcen, un programme varié a été organisé à l’occasion, caractérisé par l’exposition d’habits traditionnels, d’arts culinaires et produits du terroir et d’arts plastiques. L’on a assisté à une danse d’Ayrad exécutée par les jeunes de Béni-Snouss, réputée par son carnaval Ayrad (Lion). C’est une forme d’expression artistique et théâtrale. Des jeunes, déguisés avec des peaux de chèvres ou de bœufs avec des visages masqués par des formes animales, exécutent des danses rythmées au son des bendirs. Par ailleurs, «La consécration de l’identité et la culture amazighs» a été le thème d’une conférence animée par le chercheur en anthropologie, Sarij Mohamed, avant que ne soit projeté un film documentaire sur l’événement de yennayer et ses différentes formes de célébrations à travers l’ensemble du territoire national. Plusieurs représentations artistiques traditionnelles, entre chants et danses, se sont produites ensuite sur la scène de la maison de la culture avant que le wali de Tlemcen n’honore les lauréats, parmi les jeunes, qui se sont distingués dans les différentes manifestations et compétitions sportives et culturelles.

B. Soufi

About Armadex

Check Also

l’Europe face à l’extrémisme religieux.. De l’exode passif à l’islamisme actif

L’Europe est en train de voir naître, dans sa communauté musulmane, une influence djihadiste. Celle-ci …