Home / International / Nouvelles mesures initiées par Israël: Les Palestiniens d’Al Qods menacés d’expulsion

Nouvelles mesures initiées par Israël: Les Palestiniens d’Al Qods menacés d’expulsion

Le Parlement israélien a voté une loi autorisant le ministère de l’Intérieur à révoquer le droit de résidence permanente des Palestiniens installés à Al Qods occupée pour «violation de la loyauté».

La Knesset, parlement monocaméral de l’État d’Israël, a adopté une loi visant à combattre le terrorisme à Al Qods et autorisant le ministre israélien de l’Intérieur à révoquer le droit de résidence des Palestiniens vivant à Al Qods. Cependant, les Palestiniens et les militants des droits de l’homme ont réagi avec colère à cette initiative dénoncée par les activistes comme illégale en vertu du droit international, lit-on dans The Independent. Ainsi, les documents de résidence appartenant à tout Palestinien considéré comme une menace pour l’État hébreu peuvent être saisis par le ministère de l’Intérieur dans le cadre des nouvelles mesures. Un amendement au projet de loi, qui a été proposé en septembre, instaure également que la Cour suprême sera incapable de contester les décisions du ministère de l’Intérieur. Les mesures seront notamment utilisées contre les résidents permanents qui prévoient de mener des attaques contre les citoyens israéliens, a dit le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, sur Twitter après le vote. L’Organisation de libération de la Palestine a qualifié la nouvelle législation de raciste, poursuit le média. «En dépouillant contre l’éthique la résidence des Palestiniens de Jérusalem et en privant les Palestiniens de leur droit de rester dans leur propre ville, le gouvernement israélien agit en violation du droit international et viole les droits de l’homme et les lois humanitaires internationales», a lancé Hanan Ashrawi, membre de l’OLP, cité par un média russe. Environ 420.000 Palestiniens vivent à Al Qods Est, qui a été annexée et occupée par Israël pendant la guerre des Six Jours en 1967, une initiative qui a été immédiatement condamnée par l’Onu. Les Arabes vivant dans la ville n’ont pas la citoyenneté israélienne : au lieu de cela, ils ont une carte d’identité permanente et sont autorisés à utiliser des passeports jordaniens temporaires pour voyager à l’étranger. À ce jour, environ 14.000 personnes ont vu leur résidence à Al Qods révoquée, précise le journal. La lutte contre le terrorisme est un prétexte qui permet à Israël d’expulser les palestiniens d’Al Qods occupée. Depuis son accusation de corruption, le premier ministre d’Israël, Netanyahu, renforce les décisions contre les palestiniens pour plaire à l’opinion publique qui exige sa démission. Netanyahu a relancé la colonisation des terres de la Palestine, encouragé par le président américain qui a reconnu Al Qods occupée comme capitale d’Israël. Certains pays musulmans, dont l’Arabie saoudite, n’ont pris aucune initiative au bénéfice d’Al Qods occupée. Au contraire, l’Arabie saoudite a, depuis, renforcé la coopération avec Washington. Le prince d’Arabie saoudite Mohamed Ben Salmane sera en Amérique le 19 mars pour renforcer la coopération avec Washington. Le ministre des Affaires étrangères d’Arabie saoudite a, dans un entretien accordé à un média occidental, dit que le pays n’abandonne pas la coopération avec Washington pour Al Qods occupée.

Les militaires américains à la disposition d’Israël

Plusieurs milliers de militaires américains et israéliens des unités de défense antiaérienne sont engagés dans des exercices conjoints dont le but principal est de se préparer à protéger en commun l’État hébreu contre toute menace venant des airs. D’ici fin mars, environ 5.000 militaires américains et israéliens participeront aux exercices antiaériens Juniper Cobra 2018. Le général de brigade Zvika Haimovich, sera le commandant de la défense antiaérienne d’Israël avec son collègue américain pendant les exercices antiaériens Juniper Cobra 2018. Le général de brigade Zvika Haimovich, commandant de la défense antiaérienne d’Israël, a qualifié ces exercices de parfaite opportunité de perfectionner la maîtrise, l’aptitude au combat pour être prêt au travail… quand l’ordre en sera donné. «Je suis sûr que si besoin est, nous verrons ici des troupes américaines combattant de concert avec nous», a-t-il dit aux journalistes. «L’objectif majeur des exercices consiste à nous préparer pour pouvoir agir dans toute situation contre toute menace. Quand le gouvernement israélien nous demandera, nous serons ici prêts au travail», a fait écho le général Richard Clark, commandant des forces spéciales des États-Unis en Israël. Les généraux ont raconté que les exercices Juniper Cobra étaient organisés une fois tous les deux ans sans aucun lien avec des événements géopolitiques concrets. Ils ont cependant signalé que les scénarios des exercices reflétaient la situation actuelle dans la région. Le général américain a évoqué des «milliers de menaces» auxquelles les alliés auront à faire face et son collègue israélien a fait état des menaces de missiles tous azimuts contre Israël. Israël engage dans les exercices des missiles PAC-3 et Hetz-3 ainsi que ses systèmes Dôme de fer destinés à intercepter des roquettes et obus de courte portée et Fronde de David conçu pour intercepter des roquettes de courtes à longues portées et des missiles de croisière. Le système naval américain de missiles anti-navire et antiaériens Aegis est également impliqué dans les exercices.

Mounir Abi

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …