Home / Actualité / Place de la femme dans les partis politiques: Bedoui appelle à combattre les stéréotypes

Place de la femme dans les partis politiques: Bedoui appelle à combattre les stéréotypes

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a appelé hier les partis politiques à travailler en faveur du renforcement de la place des femmes au sein de leurs instances et dans la vie politique, estimant que les lois, elles seules, ne suffisent pas. Si la promotion de la participation politique de la femme «est une nécessité pour le renforcement de l’Etat de droit, les lois doivent être appuyées par l’implication des partis politiques», a déclaré Noureddine Bedoui dans un discours prononcé à l’ouverture des travaux de la Conférence internationale sur la promotion de la participation politique de la femme, appui essentiel aux processus de la réforme politique et du développement durable. Selon lui, «les partis doivent jouer un rôle leader et combattre les stéréotypes et redoubler d’efforts au niveau des assemblées locales pour faire participer tout le monde au développement local». Le ministre a expliqué que l’Etat est déterminé dans sa démarche en ce qui concerne l’élargissement de la participation de la femme dans la vie politique, «dépassant la logique vitrine démocratique». Il s’agit, a indiqué Bedoui, «de la placer au cœur de la stratégie globale de l’Etat et lui permettre de mener l’opération de développement et jouer son rôle au sein de la société». Ceci d’autant plus que les réformes politiques initiées par le président de la République, «ont permis aux femmes de se distinguer en modèle de par leur performance dans la gestion locale» et de hisser le taux de la représentation féminine au niveau des assemblées locales. Les dernières élections locales en sont, selon lui, la preuve. De même, la représentation des femmes au sein du Parlement a atteint à la faveur des législatives de 2017, 25.97% alors qu’elle ne dépassait pas les 7.71% en 2007. Selon le ministre, ces résultats dans le domaine politique ont renforcé le principe d’égalité et de parité. En chiffres, le taux d’encadrement féminin est de 21% au niveau des services centraux et de 5% au niveau de l’administration locale «où la femme supervise les programmes de la gestion sur terrain, et la modernisation pour un service public au citoyen. Elle occupe des postes supérieurs comme directrice, conseillère, inspectrice, ingénieur», a précisé le ministre qui a saisi l’occasion pour rappeler que 5 femmes occupent le poste de wali et 100 autres sont chefs de daïra. De même pour les corps constitués, où des femmes au sein de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) et les Transmissions, veillent sur la gestion des opérations dans toutes les spécialités. Organisée sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, cette conférence de deux jours a été ouverte par le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice, garde des sceaux, Tayeb Louh. Cette conférence à laquelle participent plusieurs experts nationaux et étrangers représentant des institutions activant dans le domaine de la promotion de la participation politique de la femme, tend à mettre en avant les efforts déployés par l’Etat algérien pour promouvoir les droits politiques de la femme et à tirer profit des expériences internationales réussies en la matière.

Smail Mimouni

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …