Home / Sports / Plus jeune champion du monde de l’histoire des Bleus Mbappé : «J’ai toujours travaillé pour vivre des moments pareils»

Plus jeune champion du monde de l’histoire des Bleus Mbappé : «J’ai toujours travaillé pour vivre des moments pareils»

Pour Kylian Mbappé, ce titre de champion du monde n’est pas un aboutissement. Bien au contraire. L’attaquant des Bleus a affiché une étonnante sérénité face aux micros. Pas question, pour lui, de céder à l’euphorie ambiante. Il y a ceux qui ne réalisaient pas (Tolisso), ceux qui avaient envie de le crier sur tous les toits (Pogba, Mendy, Kimpembe), ceux qui n’ont pu retenir leurs larmes (Griezmann). Et puis, il y a celui qui a vécu l’instant avec distance et presque détachement. Quand il s’est présenté face à nous avec son trophée de meilleur jeune du tournoi sous le bras, Kylian Mbappé, puisque c’est bien de lui dont il s’agit, n’avait pas les yeux rouges ni les jambes en coton, encore moins la poitrine qui s’emballe. Le jeune ailier droit des Bleus vient de soulever la Coupe du monde après avoir marqué en finale. Et alors ? «Aujourd’hui, je suis très content», a-t-il avoué tout de même. «Marquer dans une finale, c’est toujours particulier. J’ai toujours travaillé pour vivre des moments comme ça. Mais ce n’est pas la fin non plus. Il faut continuer parce que j’ai l’ambition d’aller plus loin». Difficile de faire mieux. Mais Mbappé, co-meilleur buteur français à cette Coupe du monde avec quatre réalisations, n’a que 19 ans, l’assurance d’avoir quelque chose de spécial dans les jambes et la conviction des plus grands. Alors ce dimanche, quand vingt-deux Bleus ont quitté le stade Loujniki avec le sentiment d’avoir atteint le sommet de leur carrière, pour lui, ce n’était qu’un commencement. «Gagner une Coupe du monde aussi jeune, cela ouvre d’autres portes. Mais maintenant, il faut continuer à travailler», a-t-il continué avec un aplomb déroutant. «Je suis encore au début du chemin. Je peux faire beaucoup plus. Lorsque vous avez des qualités, il faut en être conscient et y croire». C’est sans doute ce détachement qui fait sa force. Cette finale, le Parisien l’a jouée avec un naturel désarmant. Quand Benjamin Pavard et N’Golo Kanté ont craqué sous le poids de l’événement, quand Raphaël Varane et Paul Pogba ont mis une heure à rentrer dans leur match, lui ne s’est pas posé de question. «Les gamins-là, on aurait dit qu’ils jouaient un tournoi d’interquartier. Ils étaient relaxés, ils rigolaient, c’est dingue», notait Adil Rami après la rencontre. La pression ne semble pas avoir d’emprise sur Mbappé et ce n’est pas tout à fait un hasard si c’est lui qui a sauvé la patrie lors du match qui a tout fait basculer face à l’Argentine. Ce dimanche, même assis sur le toit du monde, rien n’a pu le faire dévier de son discours tout en mesure.

«Je ne suis qu’au début»

Les compliments de Pelé («Si Kylian continue d’égaler mes records, je vais peut-être devoir dépoussiérer mes crampons») : «J’essaie de suivre mon chemin, il a marqué l’histoire de foot». Marquer en finale de la Coupe du monde ? «J’ai travaillé pour arriver à des moments comme ça».
Le Ballon d’Or ? «a compétition est finie mais il y a de grands joueurs. Après, c’est sûr que la Coupe du monde va jouer en ma faveur, mais je n’y pense pas» Même les barrières qui ont cédé sous le poids des journalistes avides de ses réponses ne l’ont pas fait dévier de son discours tout en mesure. Pourquoi autant de pondération quand ses camarades sautaient de joie aux quatre coins de la zone mixte ? «Je suis content, après on est tous dans des cas différents. Adil a travaillé toute sa carrière pour en arriver là. Moi, je ne suis qu’au début». Et de conclure : «Je ne voulais pas être juste de passage dans le football, je veux être là pour longtemps. Champion du monde, c’est déjà bien…» C’est même le Graal absolu pour tout footballeur. Mais pas pour Kylian Mbappé.

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …