Home / Actualité / Pour faciliter l’intégration des diplomés dans le monde du travail: Les centres de formation accessibles

Pour faciliter l’intégration des diplomés dans le monde du travail: Les centres de formation accessibles

 

Tous les titulaires du baccalauréat et de licence peuvent, désormais, bénéficier d’une formation professionnelle pour pouvoir intégrer plus facilement le monde du travail. S’exprimant, hier, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, a mis en exergue les nouvelles mesures prises par son département, en faveur des titulaires de licence et de baccalauréat, pour faciliter leur intégration dans le monde professionnel. «Les licenciés et bacheliers qui veulent bénéficier d’une formation professionnelle, dans n’importe quel secteur, n’ont qu’à s’inscrire dans l’un des centres de formation et profiter de l’apprentissage proposé», a fait part le ministre lors d’une séance plénière présidée par Said Bouhadja. Selon lui, cette nouvelle décision aidera les diplômés qui n’arrivent pas à trouver du travail à se créer une place de choix dans le monde professionnel. Car, poursuit-il, les centres de formation sont, en premier lieu, tenus de prendre en charge ces personnes et les orienter vers un choix qui leur sera bénéfique dans la vie. «Les établissements spécialisés dans la formation professionnelle se doivent de mettre tout en œuvre pour former ces personnes, pour assurer leur avenir», précise le ministre, avant d’ajouter que «l’objectif principal du ministère est de trouver des solutions, afin de réduire le taux de chômage». En effet, aujourd’hui, le taux de chômage est arrivé à 12%, alors que des années en arrière, il été à 30%. C’est grâce aux efforts consentis par le gouvernement que notre pays a enregistré ce recul. Par ailleurs, le ministre a rappelé que le nouveau projet de loi porte essentiellement sur l’apprentissage. Selon lui, aujourd’hui, l’apprentissage est considéré comme un défit «capital» dans la promotion de l’économie nationale et réussir à répondre à ses besoins en ressources humaines.
«Ce texte de loi est très important, car il vise à adapter le monde du travail avec le monde de la formation», a-t-il assuré, avant d’ajouter que ce texte comblera aussi les besoins des entreprises, notamment en main d’œuvre. Dans le même contexte, le ministre a fait savoir que cette loi prévoit la création d’un organisme de suivi et d’évaluation technique et pédagogique d’apprentissage, au niveau des entreprises. «Une banque de données auprès de l’administration centrale du ministère de la Formation professionnelle sera aussi mise en place», a-t-il poursuivi.
M.Mebarki a souligné ensuite que cette loi énonce que chaque établissement de formation doit veiller au respect de ses engagements, tels que l’objet du contrat d’apprentissage et assurer la formation théorique et technologique complémentaires. «Dès la signature du contrat d’apprentissage, l’établissement public de formation est tenu d’assurer l’affiliation de l’apprenti au régime de sécurité et le versement des cotisations conformément à la législation et la réglementation en vigueur», a conclu le ministre de la Formation professionnelle.

Radia Choubane

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …