Home / Algérie / Pour une introduction concertée des nouvelles molécules

Pour une introduction concertée des nouvelles molécules

7es rencontres nationales de la pharmacie à Tizi Ouzou

Le Centre hospitalo-universitaire (CHU), Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou, abritera à partir d’aujourd’hui jusqu’à demain, les septièmes (7es) rencontres nationales de la pharmacie au cours desquelles les professionnels de la santé (médecins et pharmaciens) devront échanger leurs reconnaissances sur les nouvelles molécules mises en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lesquelles seront disponibles dans les jours à venir au niveau des officines du pays.

à savoir que le ministère de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière a attribué l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de ces molécules. «Nous devrions nous préparer pour l’intégration de ces molécules sur le marché des médicaments et par la suite établir une feuille de route pour l’introduction de ces molécules», a affirmé le directeur de la pharmacie centrale du CHU de Tizi-Ouzou, Dr Rachid Macha. Ainsi, il a indiqué que ces journées permettront au personnel médical (le chirurgien, l’oncologue, le radiologue et le pharmacien) de prendre une décision pluridisciplinaire et collégiale pour étudier le contenu de ces nouvelles molécules. Dr Macha a indiqué que les médecins et les pharmaciens devront interpeller le ministère de la Tutelle afin qu’il attribue des budgets supplémentaires en faveur des pharmacies centrales des différents hôpitaux du pays pour l’introduction effective de ces nouvelles molécules au profit des malades. «Il n’existe pas de rupture de médicaments, mais il s’agit plutôt d’un problème de financement pour assurer un bon approvisionnement du marché des médicaments. Il faut savoir que les chances de survie des malades est plus importantes ces dernières années avec la mise en place de ces nouvelles molécules. Mais en revanche, la guérison demande des moyens financiers importants». D’ailleurs, il a plaidé pour que le gouvernement mette le paquet pour la mise en place de ces molécules dont l’objectif est d’améliorer la qualité du service de la santé et d’assurer un traitement efficient qui répond aux normes internationales. Ceci, tout en mettant l’accent sur la nécessité d’opter pour une gestion rationnelle de ces enveloppes budgétaires destinées pour l’acquisition de ces molécules. «A ce jour, ces nouvelles molécules ne sont pas encore disponibles au niveau des pharmacies, mais nous souhaiterions les introduire pour rendre l’espoir à plusieurs malades qui sont actuellement désespérés». S’agissant de la problématique de la rupture de stocks de certains médicaments, notamment ceux destinés pour les maladies chroniques et qui a défrayé la chronique ces derniers mois, le directeur de la pharmacie centrale du CHU de Tizi-Ouzou, Dr Macha a nié qu’il existe une rupture de médicaments, en se justifiant par le fait qu’il s’agit de situation de crise de certaines molécules, mais en aucun cas un malade admis au CHU s’est retrouvé dans une situation embarrassante pour lui arrêter son médicament. «Nous n’avons jamais arrêté un médicament pour un malade depuis son entrée dans notre établissement hospitalier jusqu’à sa sortie. Par contre, nous souhaiterons introduire ces molécules pour améliorer la qualité de traitement de nos malades». Le même responsable a précisé que les participants qui prendront part à ces journées se battront pour mettre à la disposition des malades algériens ces nouvelles molécules au même titre que les malades des pays étrangers.

Z. C. Hamri

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …