Home / International / Premier anniversaire de l’investiture de Trump: Douze mois d’hostilités

Premier anniversaire de l’investiture de Trump: Douze mois d’hostilités

Hier, a marqué le premier anniversaire de l’investiture de Donald Trump à la présidence américaine. Douze mois d’hostilités qui ont chamboulé le monde.

La politique menée par le président américain depuis son investiture le 20 janvier 2017 est riche en rebondissements non favorables à la paix mondiale. Le président américain a d’abord fait preuve de sentiments anti-musulmans. Il a interdit aux ressordissants de nombreux pays musulmans l’accès en Amérique. Il a également tweeté une publication anti-Islam, dénoncée par l’opinion publique mondiale.
Le président américain a accusé, à tort, l’Islam de terroriste. Guerre dans la péninsule coréenne, provoquant la Corée du Nord. Il a échoué dans sa quête du conflit avec la relance du dialogue engageant Pyongyong et Séoul. Le président américain a reconnu Al Qods occupée comme capitale d’Israël, et n’a pas respecté la légalité mondiale. La décision du président américain a été dénoncée par la communauté mondiale. De nombreux palestiniens ont été tués par l’armée d’Israël depuis. Donal Trump a failli provoquer une guerre dans la péninsule coréenne. La quête de conflit a été mise en échec avec le dialogue lancé engageant Pyongyong et Seoul. Le président américain est également dénoncé en Amérique. Il a hésité à dénoncer des racistes.
Il y a quelques jours, il a insulté les pays africains. Un comportement dénoncé par la communauté mondiale.
Le président américain a également commis d’autres gaffes. Des plaisanteries malsaines avec Angela Merkel à «covfefe», en passant par une auto-description se présentant comme un «génie stable», cette année a été pleine de moments épiques avec le dirigeant américain en vedette. Dès le début, il était évident que la présidence de Donald Trump serait intéressante. La controverse sur la taille de la foule présente à sa cérémonie d’investiture s’est embrasée lorsque le Président Trump a affirmé que les médias avaient montré «un champ vide», alors qu’il voyait une foule qui «ressemblait à un million et demi de personnes». Le porte-parole de l’époque, Sean Spicer, a accusé les journalistes de minimiser délibérément le nombre de personnes présentes lors de l’investiture, affirmant que c’était «la plus grande audience à avoir jamais assisté à une inauguration, point à la ligne». Toutefois, cela n’a que poussé les médias et les réseaux sociaux à comparer l’investiture de Trump avec celle d’Obama.
Cet incident a marqué le début de la croisade contre les «fake news» durant la première année de la présidence de Donald Trump… «Donc nous les avons attrapés et nous les avons attrapés en beauté, et je pense qu’ils vont payer le prix fort», avait alors indiqué le Président. Plus tard dans ses interviews, il a déclaré que ces images «peu flatteuses» avaient été prises tôt. Répondant à la déclaration de Bill O’Reilly, journaliste de Fox News, selon laquelle «Poutine est un tueur», M.Trump lui a demandé, sans aucune hésitation : «Quoi, vous pensez que notre pays est si innocent?» Cette remarque a immédiatement fait exploser les réseaux sociaux : les internautes ont été abasourdis d’entendre le Président américain admettre que les États-Unis avaient commis leurs propres erreurs. Le premier entretien Donald Trump-Angela Merkel était plein de maladresses. Les choses ont commencé à devenir vraiment étranges… Il peut sembler que n’importe quel Président et citoyen américain sait qu’il faut mettre sa main droite sur le cœur quand résonne l’hymne national… mais quelque chose a mal tourné pour Donald Trump. Le Président américain a oublié de mettre sa main sur le cœur lors d’une écoute de l’hymne national, mais heureusement, sa femme Melania était là pour venir à la rescousse de son mari «en détresse». Il s’est avéré que ce n’était pas un moment de confusion ou d’erreur, mais le Président refuse délibérément ce geste patriote… Le président américain a refusé de dénoncer la commercialisation d’armes à feu, après une fusillade qui a fait de nombreux morts. Il refuse la confrontation avec le lobby des armes qui gagne des milliards de dollars.

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …