Home / Actualité / Premier jour des épreuves du baccalauréat.. Les candidats globalement satisfaits

Premier jour des épreuves du baccalauréat.. Les candidats globalement satisfaits

Comme chaque année, il est strictement interdit d’introduire des appareils électroniques à l’intérieur des salles d’examens. Pour s’enquérir du déroulement de cet examen, nous avons effectué une virée dans certains centres de la capitale.

Le jour-j est enfin arrivé. Plus de 670.000 candidats ont entamé hier, les épreuves du baccalauréat, sous haute surveillance. Le rude travail accompli par les élèves durant l’année scolaire sera évalué lors de ces cinq jours d’examens, où ils passeront deux épreuves par jour. A 07h45, ils étaient nombreux à attendre devant les portes des établissements, pour passer la première épreuve prévue à 08h30. Langue Arabe, une matière essentielle pour les littéraires, et secondaire pour les scientifiques et techniques. Tirés à quatre épingles, les candidats sont bien conscients de l’importance de ces épreuves pour leur avenir. Sa réussite leur permettra de franchir le seuil de l’université. A l’intérieur des établissements, une pièce spéciale a été réservée au dépôt des affaires personnelles des élèves. Car, comme chaque année, il est strictement interdit d’introduire des appareils électroniques à l’intérieur des salles d’examens. Pour s’enquérir du déroulement de cet examen, nous avons effectué une virée dans certains centres de la capitale.
Un dispositif sécuritaire inhabituel a été déployé. Tôt le matin, à l’entrée du lycée «El Idrissi», situé à la commune de Sidi M’hamed, une centaine de lycéens, cahier à la main, tentaient de réviser. Anxiété, stress, manque de sommeil se lisaient sur le visage de plusieurs candidats. L’épreuve de la langue arabe a duré quatre heures pour les filières littéraires et deux heures pour les scientifiques et gestion. Les chefs de centres, qui ont voulu répondre à nos questions, ont affirmé qu’aucun incident n’a été signalé. «Nous avons reçu comme instruction de mettre à l’aise les élèves. Jusqu’à maintenant tous se passe bien», nous a indiqué le responsable du centre «Abdellah Ibn Abas», situé à Poirson, El Biar. Vers 10h30, les élèves commencent à sortir. Sur leurs visages, un grand soulagement. Pour plusieurs d’entre eux: «les deux sujets au choix de la langue arabe étaient très abordables, et ce même pour les élèves moyens». Mohamed, un jeune de 18 ans rencontré devant le lycée de «Omar Ibn el Khattab» passe son bac pour la seconde fois.
«C’est normal que j’appréhende chaque épreuve. J’ai raté mon premier bac à cause des matières littéraires», a-t-il indiqué. Et d’ajouter : «J’ai choisi le texte, il était plus abordable». A l’établissement d’Ibn El Khattab, Mounia et ses copines, inscrites en tant que candidates libres affirment avoir trouvé les sujets plutôt faciles. «Pour cette première épreuve, tous s’est bien déroulé, à l’exception des encadreurs», qu’elles trouvent «stressants» et «envahissants». A 13h00, la deuxième épreuve va bientôt commencer. Il s’agit de l’Education Islamique, une matière qui exige aux élèves d’apprendre par cœur leurs cours. A l’entrée du lycée «Zineb Oum El Massakine», Meriem se dit totalement concentrée pour passer cette épreuve. «J’ai appris mes cours par cœur ; je ne laisse rien au hasard», a-t-elle dit. Pour elle, «les matières secondaires sont aussi importantes que les matières essentielles, car elles permettent d’accéder à une meilleure moyenne».
Fuite des sujets
«Je ne souhaite rien savoir sur ça !», lance Salim. A la veille, de cet examen, trois sujets ont été diffusés sur les réseaux sociaux, et ce malgré les mesures prises par le département de Belabed. Pour les élèves rencontrés, ce comportement est inacceptable, d’autant qu’il nuit fortement aux candidats. «Il ne faut pas se jouer des élèves. En plus du stress, diffuser de faux sujets va complètement les déconcentrer», a regretté l’un des enseignant-surveillants rencontré à la sortie de l’un des centres. Pour lui, «ce genre d’agissements ne fait que perturber davantage les candidats».
Pour sa part, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a indiqué qu’une enquête sera ouverte pour déterminer les responsables de la diffusion des sujets sur internet. «Les responsables de cet acte seront poursuivis en justice», a-t-il assuré. Par ailleurs, les candidats de toutes les filières passeront, aujourd’hui, les épreuves de mathématique le matin, et d’Anglais dans l’après midi.
Radia Choubane

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …