Home / Actualité / présidentielle 2019: Ould Abbès réitère son appel à Bouteflika

présidentielle 2019: Ould Abbès réitère son appel à Bouteflika

Le secrétaire général du Front de Libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a expliqué hier, à Aïn Defla, que son parti n’appelle pas le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à se présenter à un cinquième mandat, mais à poursuivre son travail.

Lors de sa conférence de presse animée à l’issue de sa réunion de travail avec les cadres du parti, dans la wilaya d’Ain Defla, Ould Abbès est longuement revenu sur la candidature du président Bouteflika. Profitant de cette occasion, le SG du FLN a tenu à confirmer encore une fois la position cohérente du parti concernant la présidence de 2019. Réitérant que le candidat unique du FLN reste le président Bouteflika également président d’honneur du parti, a expliqué que «le dernier mot à la demande des militants de voir le Président poursuivre sa mission lui revient à lui».
Soulignant son «souhait» de le voir poursuivre son travail, il a nié avoir appelé le président à se présenter pour un 5e mandat. «Je n’ai pas appelé pas le président à un cinquième mandant, mais à poursuivre sa mission», a-t-il indiqué. «Notre discours est celui également du RND, de TAJ, UGTA, et des organisations estudiantines, qui ont appelé Bouteflika à poursuivre son œuvre», a-t-il noté. Ould Abbès a soutenu qu’il n’a toujours pas reçu de réponse officielle de la part du chef de l’Etat concernant l’appel des militants du FLN à se présenter à la présidentielle de 2019. «Dès que nous aurons la réponse, nous vous tiendrons au courant», a-t-il répondu à un journaliste. «Comme un lion : il observe, il observe, avant de prendre la décision. Le pouvoir, c’est un art et le président Bouteflika à l’art du pouvoir, comme certains ont l’art de la peinture, de la musique, du sport», a-t-il soulevé. Et d’ajouter : «Si Bouteflika décide de se présenter, nous allons le soutenir et lui faire campagne», avant de s’interroger : «Mais franchement, Bouteflika a-t-il besoin de campagne électorale?». Le SG du FLN s’est en outre engagé à respecter la décision de Bouteflika. «S’il prend une autre décision, nous allons l’appliquer parce que nous ne voulons pas d’un saut dans l’inconnu après 2019…», a-t-il soutenu devant les cadres du parti des wilayas d’Aïn Defla, Médéa, Tipasa et Chlef. Le SG du FLN a également relevé qu’«après 2019, il y a d’autres défis qui nous attendent, et heureusement qu’aujourd’hui nous disposons d’institutions fortes», sans donner plus de précisions sur les défis auxquels il fait allusion. Assurant que toute personne est libre de se présenter à cette prochaine échéance électorale, le SG du FLN a assuré que Bouteflika est le Président de tous les algériens. «Que les choses soient claires pour tout le monde, le FLN n’a le monopole de rien du tout. Nous sommes un parti comme les autres. Nous sommes partenaires avec les autres partis, et nous travaillons pour un candidat de consensus», a-t-il révélé. Revenant sur les réalisations du chef de l’Etat durant ces 20 années, Ould Abbès a déclaré que le pays était dans une situation désastreuse en 1999, mais progressivement la situation s’est améliorée. Il a réussi à effacer la dette extérieure du pays, alors que les crises du chômage et de logement ont été éliminées, soulignant qu’il n’y a pas de pays dans le monde qui a distribué 56 000 unités de logement en une journée. Concernant un imminent remaniement gouvernemental, Ould Abbès rappelle qu’il reste des prérogatives du Président conférées par la constitution.

Affaire de la cocaine : «Seule la justice est habilitée…»

Interrogé au sujet de l’affaire de la cocaïne, Ould Abbès a expliqué qu’à travers sa longue expérience politique en tant que militant, parlementaire, ministre, il a «appris à ne pas commenter les décisions de la justice. Quand une affaire est devant la justice, il est interdit à quiconque d’en parler et la seule personne habilitée à le faire est le procureur de la République», dira-t-il. Il a assuré que toute personne qui parlera de cette affaire qui est encore en justice pourra être poursuivie en justice.

Fella Hamici

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …