Home / Actualité / Présidentielle.. Fin de la révision des listes électorales

Présidentielle.. Fin de la révision des listes électorales

L’opération de révision exceptionnelle des listes électorales en prévision de l’élection présidentielle du 04 juillet prochain, s’est achevée hier, conformément au délai fixé par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Dans le cadre de cette opération ouverte le 16 avril dernier, le ministère de l’Intérieur a invité tous les citoyens et citoyennes non-inscrits sur les listes électorales et âgés de 18 ans révolus le jour du scrutin, soit le 4 juillet 2019, à demander leur inscription sur la liste électorale de la commune de résidence. Les électeurs ayant changé de résidence devaient, quant à eux, se rapprocher de leur nouvelle commune de résidence, qui prend en charge la procédure de radiation et d’inscription. Le nombre d’électrices et d’électeurs portés sur les listes électorales lors des élections locales du 23 novembre 2017 s’élevait à 22.883.772.
Cependant, des présidents d’Assemblées populaires communales (APC) dans certaines wilayas, telles que Tizi-Ouzou, Béjaïa et Tipasa, ont annoncé leur refus de procéder à la révision des listes électorales et de participer à la préparation de l’élection présidentielle, estimant que cette consultation est «rejetée» par le peuple algérien. Des magistrats ont également annoncé leur refus de superviser l’opération électorale, affirmant qu’ils se tiennent du côté du mouvement populaire de contestation (hirak) et revendiquant une justice indépendante.
Une rencontre de concertation sur les mécanismes de la mise en place d’une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l’organisation de l’élection présidentielle s’est tenue lundi, à Alger. Plusieurs partis politiques et personnalités nationales ont décliné l’invitation de la présidence de la République à cette rencontre de concertation, considérant qu’elle n’est pas en phase avec les revendications exprimées par le hirak. Parmi les partis qui ont refusé de prendre part à la réunion figurent, entre autres, TAJ et le Mouvement populaire algérien (MPA), qui faisaient partie de l’Alliance présidentielle, le Front des forces socialistes (FFS), le Parti des travailleurs (PT), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Talaie el Hourriyet et le Mouvement de la société de la paix (MSP).

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …