Home / Actualité / Presse électronique: Les éditeurs se plaignent de contraintes

Presse électronique: Les éditeurs se plaignent de contraintes

Les éditeurs de plusieurs médias électroniques qui préparent la création d’un syndicat ont présenté, hier à Alger, un projet pour un pacte d’avenir lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion de la Journée internationale de la presse. Soulignant que la lecture de la presse nationale en mode digital est, depuis fin 2016, le premier moyen utilisé par les algériens pour s’informer, les conférenciers ont affirmé que cette avancée s’est réalisée en dépit d’un contexte fortement contraignant. Parmi les contraintes, ils ont cité le taux de pénétration d’internet haut débit en Algérie qui reste le plus faible en Afrique du nord et le contexte institutionnel «resté hostile», selon eux. «Les éditeurs de la presse électronique sont tolérés depuis la loi de 2012, mais toujours non reconnus par l’Etat algérien. Ils n’ont accès ni à la carte de presse, ni à la publicité institutionnelle ou celle du secteur public économique, ni au fonds national d’aide aux médias», ont-ils dénoncé, en demandant l’application des dispositions du code de l’information de 2012. Exposant les difficultés auxquelles leurs entreprises sont confrontées, les éditeurs de la presse en ligne proposent un pacte stratégique d’avenir pour dynamiser la production de la data algérienne en permettant aux médias digitaux de réaliser leur potentiel de marché. Ces médias, ont-ils expliqué, «n’ont rien coûté aujourd’hui au budget de l’Etat. Leur croissance est ralentie par le confinement et l’exclusion. Cette politique porte préjudice au développement économique du pays, à sa modernisation. Elle doit laisser la place à la levée des contraintes et à la stimulation de cette filière. En retour l’Etat bénéficiera d’une activité transparente et dynamique qui contribuera à sa richesse, qui réduira la consommation de la bande passante importée, et qui donnera du pays une image produite à partir de son territoire par une multitude d’acteurs institutionnels», ont-ils affirmé. Les acteurs de la presse électronique naissante dans le pays proposent aussi un plan d’urgence en cinq points «pour engager sans délai la normalisation de la situation de l ‘édition de la presse électronique». En premier lieu, il s’agit d’entamer l’application de la loi numéro 12-05 du 12 janvier 2012 dans ses dispositions générales et celles relatives à la liberté d’exercice de l’information en ligne en Algérie. Dans ce contexte, ils demandent d’impliquer les représentants de leur syndicat dans la préparation des textes d’application de cette loi. En troisième lieu, ils demandent l’association du syndicat à la commission de la carte de presse nationale. Ils exigent aussi la levée sans délai de l’embargo de la publicité publique et institutionnelle sur la presse électronique. Comme ils proposent, en dernier lieu, l’institution d’un fonds pour le développement des contenus numériques algériens, en particulier de la presse électronique.

Karim Aimeur

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …