Home / Economie / Produits de la céramique: L’Espagne, un grand fournisseur de l’Algérie

Produits de la céramique: L’Espagne, un grand fournisseur de l’Algérie

Les exportations des produits de céramique fabriqués par l’industrie espagnole vers l’Algérie ont enregistré une hausse de 40 % durant le mois de février 2018. C’est ce qu’a rapporté El Mundo dans son édition de vendredi.

Les industriels espagnols ont ainsi exporté un total de 27.564,50 tonnes le mois dernier, selon les données de l’autorité portuaire de Castellón (est de l’Espagne).
Ce chiffre, qui symbolise une augmentation de 43% par rapport à janvier, un mois au cours duquel 19.186,80 tonnes de céramiques ont été exportées, représente près de la moitié des exportations qui avaient été réalisées il y a un an, à l’époque où les céramistes algériens faisaient le plein de stock afin de pallier le blocus qui allait prendre effet le 1er avril 2017, a précisé le journal.
Ce rebond des exportations risque d’être stoppé par les dernières décisions prises par le gouvernement algérien.
Il y a d’abord la validité des licences d’importation accordées par le gouvernement algérien en décembre dernier qui prendra fin le 30 mai prochain. «Nous ne savons pas ce qui se passera à partir de mai, l’État algérien est totalement imprévisible», ont d’ailleurs souligné au quotidien El Mundo, les industriels du secteur, poursuivant : «Nous ignorons si les licences seront reconduites, si l’État algérien en accordera d’autres, s’il réduira leur nombre, ou s’il décidera à nouveau de bloquer l’entrée de produits céramiques». L’Algérie avait mis fin en décembre dernier à huit mois de blocus en délivrant à 107 importateurs des licences, tandis que le journal espagnol rappelle que 423 demandes avaient été soumises. Dans le cadre de la politique de limitation des importations, l’Etat a décidé de suspendre les matériaux de construction produits localement, notamment le ciment, le plâtre et les produits de céramique.
Prochainement, les pouvoirs publics envisagent d’interdire l’importation du rond à béton avec l’entrée en production d’un important complexe à Bellara et d’autres régions du pays. La facture des importations a atteint des niveaux intolérables, à telle enseigne que les fabriquants locaux ont été poussés à la faillite, à l’exemple des industries légères et lourdes. L’heure est venue de mettre de l’ordre dans le commerce extérieur de manière à préserver les réserves de change du pays et l’outil de production nationale.

Samir Malek

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …