Home / Actualité / Programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’UE (P3A): 20 millions d’euros pour la phase IV

Programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’UE (P3A): 20 millions d’euros pour la phase IV

Dotée d’un budget de 20 millions d’euros et s’étalant sur la période 2017-2021, la phase IV du programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne (P3A) a été lancée, hier, à l’occasion d’un séminaire organisé au Centre international des conférences Abdelatif Rahal, en présence du ministre du Commerce, Mohamed Benmeradi et de John O’Rourke, ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne en Algérie.

De manière générale, le P3A IV vise à favoriser la réussite du partenariat engagé entre l’UE et l’Algérie en soutenant les efforts de l’administration algérienne, alors qu’en termes d’objectif spécifique, il s’agit de la mise à niveau de l’administration et des institutions publiques pour être en mesure de remplir les objectifs de l’AA.
Dans une présentation détaillée, le directeur national du P3A, Djilali Lebibat, a indiqué que pour la phase IV du programme, «cinq activités principales seront mises en œuvre». Ainsi, il est question du renforcement des capacités techniques et organisationnelles de Télédiffusion d’Algérie pour accompagner l’ouverture du paysage audiovisuel, de l’appui à la DGSN dans la mise en place d’un système de management qualité au sein des structures de la Police scientifique et de l’appui à la modernisation du service public de l’emploi pour l’ANEM. Les deux autres activités sont relatives à l’appui au ministère de la Santé pour l’identification d’actions de renforcement des capacités par le biais de projets de jumelage, et enfin à l’appui à la mise en place d’une démarche qualité au sein des services de la protection des végétaux et des contrôles techniques.
S’agissant des instruments de cette phase, M. Lebibat précise qu’il y aura des jumelages dans la limite d’un budget de 12,4 millions d’euros, des actions ponctuelles avec la mobilisation d’experts, des actions TAIX (Assistance technique et échange d’informations) et enfin des actions SIGMA (Soutien à l’amélioration de la gouvernance et des systèmes de gestion).
Sur ce, l’ambassadeur et chef de la délégation de l’UE en Algérie, a estimé qu’avec le nouveau financement (20 millions d’euros), «le P3A va pouvoir s’atteler, par des actions transversales et stratégiques, à garantir le respect des piliers du partenariat entre l’UE et l’Algérie, de la feuille de route, du nouveau modèle de croissance économique et du plan de développement du gouvernement algérien». Dans un contexte de mondialisation, «l’évolution de la situation socio-économique en Algérie, estime John O’Rourke, doit passer par des initiatives et des propositions concrètes visant notamment à promouvoir la création d’emplois et la modernisation du marché de travail», mais, également par «le renforcement des capacités techniques et organisationnelles du pays dans le domaine de la e-administration ou encore celui de l’infrastructure ‘’qualité’’», a-t-il soutenu. À l’occasion du séminaire, un bilan mi-parcours de la phase III (2013-2019) du P3A a été présenté. En somme, 16 jumelages ont été initiés lors de cette période, touchant entre autres à la sécurité routière, la protection du consommateur, l’insertion des personnes handicapées, l’innovation industrielle, l’administration pénitentiaire, le contrôle technique des travaux publics et l’énergie. Sur les 16 jumelages, «4 ont déjà été clôturés», précise le directeur du P3A, ajoutant que «cette phase comprend également un volet dédié à la surveillance et l’encadrement du marché, crédité d’un budget de 5 millions d’euros».
Le P3A III a nécessité un budget global de 35 millions d’euros. Financé par l’UE et géré par le ministère du Commerce, le P3A a été mis en place en 2009. Ce programme, qui vise le renforcement du partenariat, s’adresse aux administrations algériennes pour leur apporter l’appui, l’expertise, l’assistance technique et les outils de travail nécessaires en vue d’identifier, préparer et réaliser des actions et des activités de coopération par le biais d’instruments appropriés.

Aïssa Moussi

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …