Home / Société & Region / Promoteurs Ansej à Tlemcen.. La BNA défie les pouvoirs publics

Promoteurs Ansej à Tlemcen.. La BNA défie les pouvoirs publics

Contrairement à ce qui a été annoncé par les pouvoirs publics, le rééchelonnement des dettes des promoteurs et leur non-poursuite judiciaire se sont opposés au veto de la directrice de la BNA qui leur affirmé «n’avoir pas reçu de directives de la tutelle pouvant geler ou annuler une telle procédure».

Les promoteurs de l’ANSEJ de Tlemcen sont poursuivis en justice par la Banque nationale d’Algérie (BNA), dont certains viennent d’être condamnés à 3 ans de prison ferme par le tribunal de Tlemcen. Contrairement à ce qui a été annoncé par les pouvoirs publics, le rééchelonnement des dettes des promoteurs et leur non-poursuite judiciaire se sont opposés au veto de la directrice de la BNA qui leur a affirmé «n’avoir pas reçu de directives de la tutelle pouvant geler ou annuler une telle procédure».
De ce fait, certains jeunes se sont retrouvés devant la justice pour des délits qu’ils considèrent comme imaginaires et n’ayant aucun lien avec la réalité. «La BNA m’a poursuivi pour escroquerie alors que j’ai déjà remboursé plus de 120 millions du crédit contracté et que mon matériel est toujours là, comme l’atteste le constat du huissier de justice». Pourtant, la majorité s’est rapprochée de la BNA pour «se mettre en conformité avec les nouvelles procédures décidées et annoncées par les pouvoirs publics et la direction générale de l’ANSEJ». Pour le jeune Réda, «l’on ne comprend plus rien à ces deux sons de cloche, d’un côté, on nous rééchelonne la dette et d’un autre côté la BNA nous poursuit en justice», et de préciser que «la directrice ne veut plus nous entendre parler des dernières mesures prises par le gouvernement et considère que les tranches déjà remboursées ne seront pas comptabilisées car elles ont servi à payer les frais bancaires».
Pourtant, il a été décidé par le gouvernement «le non payement des frais bancaires, ni les pénalités de retard et les intérêts bancaires cumulés durant la période précédente». «Je me suis approché de la directrice pour un rééchelonnement de ma dette d’un crédit d’extension de mon projet pour lequel j’ai déjà remboursé plus de 120 millions de cts, mais cette dernière ne l’a pas pris en compte et m’a affirmé que cette somme a servi à rembourser mes frais bancaires et autres pénalités ; suite à cette entrevue, je me suis vu poursuivi en justice et condamné». Ainsi, les jeunes de l’ANSEJ ne savent plus quoi faire, ni à quel saint se vouer malgré les différentes correspondances adressées à la tutelle et l’antenne d’ANSEJ locale. Contactée pour nous donner des précisions à ce sujet, la directrice a refusé tout commentaire, «contrairement aux responsables de l’antenne de l’ANSEJ qui nous ont confirmé que la direction de la BNA a tort et que cela est un pur abus d’autorité». De ce fait, l’on peut dire que la direction de la BNA de Tlemcen défie les pouvoirs publics et les promoteurs ANSEJ.
B. Soufi

Check Also

Dilapidation de deniers publics à la maternité de Sidi Bel-Abbès.. Le procès reporté

Le procès de dilapidation de denier public à la maternité de Sidi Bel-Abbès, qui devrait …