Home / Actualité / Promotion des droits de la femme: Des avancées et des insuffisances

Promotion des droits de la femme: Des avancées et des insuffisances

Le monde rend hommage à la femme et célèbre sa Journée internationale correspondant au 8 mars de chaque année.

Une date symbolique, associée par culture populaire, à «la fête des femmes». L’Algérie comme tous les autres pays du monde célèbre cette journée en organisant plusieurs activités et évènements dans les différents secteurs, mettant la femme algérienne à l’honneur. Cette femme affirmée, distinguée et battante que l’on célèbre à l’occasion de cette Journée comme un rappel de sa contribution quotidienne à la société. Le 8 mars représente en réalité la Journée internationale de lutte pour les droits de la femme. Il s’agit d’un héritage reconnu sur les plans historique et international. Une date intégrée dans les programmes et qui fait partie des moyens destinés à améliorer la condition des femmes dans le monde. L’Algérie a, en matière de promotion des droits de la femme, enregistré des percées impressionnantes et louables, reconnues par des instances mondiales, en dépit des carences qui existent. Cela ne permet pas de dresser un tableau noir de la situation de la femme en Algérie qui acquis des droits qui demeurent encore insuffisants et la plupart des femmes apprécieront mieux de fêter le 8 mars, si on leur accorde leurs droits sociaux. Tout de même, il est nécessaire de souligner que la femme algérienne, comparativement aux femmes du monde arabe, arrive à faire entendre sa voix dans la perspective de réaliser la parité soutenue par une révision de la question du Code de la famille. La femme algérienne combat pour être égale à l’homme et milite pour avoir une reconnaissance de ses droits politiques, économiques et sociaux.
En 2017, l’organisation onusienne Pnud avait relevé, par la voix de sa représentante résidente adjointe, Randa Aboul Hosn, que l’Algérie comptait parmi les premiers pays œuvrant pour la promotion effective des droits des femmes. «Des progrès importants ont été enregistrés grâce au soutien de l’Etat», a-t-on précisé.
Sur le champ politique, l’Algérie était le «seul pays» dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord à avoir enregistré l’accès au Parlement de 146 femmes sur 462 membres, grâce aux réformes introduites dans les textes de loi électoraux, où il est stipulé que la femme doit être représentée à 30% dans les assemblées élues. Un arsenal juridique a été élaboré par les pouvoirs publics pour permettre la protection de la femme des actes de violence et de harcèlement physique et moral. Sur le plan du développement économique, le rôle de la femme algérienne est fortement sollicité. L’entreprenariat féminin a pu frayer son chemin en Algérie. Selon les données du Centre national du registre du commerce (Cnrc) de l’année passée, l’Algérie comptait 143.010 femmes d’affaires contre 116.474 à fin 2012. En cinq ans, le nombre de femmes gérantes d’entreprise a augmenté, passant de 6.703 à fin 2012 à 10.444 en 2017, en hausse de près de 56%. Mais sur l’ensemble des opérateurs économiques que compte le pays qui sont au nombre de 1,9 million, les femmes commerçantes ne représentent que 7,5%. Pour ce qui est de l’émergence des femmes issues des régions rurales et enclavées du pays en particulier, l’Etat a certes entrepris des avancées, mais qui restent insuffisantes au regard de la promotion de la femme rurale.

Fella H.

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …