Home / Sports / Rachid Laras, Président de la fédération algérienne de judo, au Temps d’Algérie : «Cette génération représentera l’Algérie aux JO de 2024»

Rachid Laras, Président de la fédération algérienne de judo, au Temps d’Algérie : «Cette génération représentera l’Algérie aux JO de 2024»

Dès leur retour du Sénégal où elles s’étaient comportées admirablement, nos deux sélections nationales junior et cadette préparent d’autres échéances internationales, dont les championnats du monde. Pour cela, nous nous sommes rapprochés du premier responsable de la structure en question, en l’occurrence Rachid Laras.

Ahmed Chébaraka
Vous devriez sans doute être satisfait de cette bonne prestation ?
Et comment…! je suis entièrement satisfait dès lors que ce sont des jeunes qui se sont battus comme ils devaient le faire. Cette jeune génération est pétrie de qualités, elle mérite d’être prise en charge d’une manière considérable.

Peut-on dire que c’est la relève de demain ?
Oui, nous nous sommes tracés plusieurs objectifs avec ces deux formations ; nous songeons les mettre dans de meilleures conditions dès aujourd’hui, pour peu que les responsables au plus haut niveau suivent leur évolution. Il faut dire que cette génération, si tout se déroule comme prévu, présentera l’Algérie aux JO de 2024 à Paris, comme d’ailleurs déjà annoncé dans vos précédentes colonnes.

Quel a été le classement par équipes des juniors hormis l’individuel ?
La sélection algérienne juniors a consolidé sa première place avec de nouvelles médailles d’or remportées au fil des jours. Certains de ses élément ont bien négocié leurs finales, à l’image des Hicham Anouar Hached chez les plus de 100 kg, Louiza Ichalel chez les moins de 78 kg et Mammeri Maroua chez les plus de 78 kg.

Ils étaient combien à avoir pris part à cette compétition ?
Dix-huit judokas (9 garçons et 9 filles) représentent l’Algérie dans cette compétition marquée par la participation d’un total de 115 athlètes (64 garçons et 51 filles), issus de 17 pays.

Combien de nations étaient présentes ?
Outre l’Algérie et le Sénégal, pays organisateur, 15 autres nations étaient engagées : il s’agit du Burkina Faso, Cameroun, Cap Vert, Tchad, RD Congo, Egypte, Gabon, Ghana, Côte d’Ivoire, Mali, Maroc, Afrique du Sud, Togo, Tunisie et Zimbabwe.

Quelques jours auparavant, il y a eu la même compétition réservée aux cadets et aux cadettes. qu’en est-il ?
En effet, ces championnats d’Afrique (juniors) ont emboîté le pas à ceux des cadets, disputés deux jours auparavant et dans lesquels l’Algérie avait terminé vice- championne d’Afrique derrière la Tunisie, avec un total de 17 médailles dont en 4 or, 3 en argent et 10 en bronze. Cela dit, au total 96 judokas (55 garçons et 41 filles), représentant 14 pays, avaient pris part à ces championnats d’Afrique des cadets, disputés du 2 au 3 mai dans la capitale sénégalaise, Dakar.

Le même nombre de nations étaient présentes ?
Approximativement, outre l’Algérie et le Sénégal, pays organisateur de cette compétition, les 12 autres nations engagées étaient : Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Egypte, Gabon, Gambie, Côte d’Ivoire, Maroc, Afrique du Sud, Togo, Tunisie et Zimbabwe.

Quel est selon vous le niveau actuel des nations africaines ?
Vous savez, ils étaient deux ou trois à se hisser au plus haut niveau il y a quelques années ; aujourd’hui elles sont nombreuses ces nations à vouloir accéder à un rang supérieur, et de là, se tracer un chemin pour la qualification aux Mondiaux notamment.

Qu’avez-vous à dire sur ces deux manifestations, sinon quel futur pour ces jeunes athlètes ?
Vous savez j’ai discuté avec le nouveau ministre Raouf Bernaoui qui d’ailleurs était satisfait de cette prestation, et m’a promis de les mettre dans de bonnes conditions ; un encouragement pour les athlètes qui semblent déjà stimulés pour l’avenir.
A. C.

Check Also

Angleterre.. Arsenal veut profiter de l’aubaine Brahimi

Yacine Brahimi n’est officiellement plus un joueur de Porto. Le milieu offensif algérien a vu …