Home / Actualité / Rassemblement devant le siège de l’UGTA.. Les travailleurs exigent le départ de Sidi Saïd

Rassemblement devant le siège de l’UGTA.. Les travailleurs exigent le départ de Sidi Saïd

Répondant à l’appel lancé par le bureau national du Syndicat national des chercheurs, et le représentant des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, quelques centaines de syndicalistes ont tenu un sit-in devant le siège de l’UGTA.

Au lendemain de la quatrième manifestation grandiose de vendredi, plusieurs personnes se sont rassemblées devant le siège de l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA), pour exiger le départ de son secrétaire général, Abdelmadjid Sidi Saïd, qui est à la tête de la Centrale syndicale depuis 1997. Répondant à l’appel lancé par le bureau national du Syndicat national des chercheurs, et le représentant des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, quelques centaines de syndicalistes ont tenu un sit-in devant le siège de l’UGTA, pour scander le départ de Sidi Saïd. Les manifestants ont dénoncé, à cet effet, les dossiers de corruption liés au SG de l’UGTA ainsi que tout son clan, et soutenir par la même occasion, les syndicats exclus par la centrale.
Pancartes à la main, ces syndicalistes ont décidé de poursuivre leurs protestations par un seul mot d’ordre : «Sidi Saïd dégage». Les représentants des syndicats présents devant le siège de l’UGTA ont pointé du doigt Sidi Saïd et les personnes corrompues qui l’entourent, d’être impliqués dans plusieurs affaires de détournement d’argent, mais aussi de profiter de leurs postes pour servir leurs intérêts personnels. «Nous appelons les sections syndicales affiliées à l’UGTA à participer à l’opération de nettoyage de l’Union générale des travailleurs algériens du clan qui a hypothéqué l’avenir de millions de travailleurs, en s’alliant dans les affaires d’argent sale pour impliquer les représentants des travailleurs», lit-on dans un communiqué du bureau national du Syndicat national des chercheurs, et du représentant des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. En outre, depuis quelque temps, le patron de l’UGTA est désavoué par plusieurs sections syndicales pour son soutien à Bouteflika. Il est tenu pour responsable d’avoir tourné le dos aux revendications des travailleurs, et de s’investir dans le soutien inconditionnel du président de la République.
A cet effet, des sections syndicales ne tiennent plus compte de la direction, et appellent à tenir des rassemblements pour mettre à la porte le SG de l’UGTA. À titre d’exemple, le syndicat de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) a appelé à une grève de 4 jours à partir de lundi dernier. Par ailleurs, les travailleurs affiliés à l’UGTA ont encore organisé un rassemblement lundi dernier, devant le siège de la centrale syndicale pour réclamer le départ de Sidi Saïd. Le syndicat de l’Entreprise publique de production des produits électroménagers (ENIEM), et le syndicat national des chercheurs permanents ont annoncé, dans ce sens, qu’ils se démarquaient des actions de l’UGTA. A ce propos, les travailleurs ont estimé que «tout positionnement sur un sujet politique doit se faire dans le respect des principes démocratiques, en concertation avec la base». Ils assurent qu’«au sein d’une organisation de masse comme I’UGTA, nul n’a le droit d’imposer son opinion personnelle sans, au préalable, la soumettre à l’approbation générale de la base».
Radia Choubane

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …