Home / Actualité / Réélue pour un nouveau mandat à la tête du PT: Louisa Hanoune réclame des législatives anticipées

Réélue pour un nouveau mandat à la tête du PT: Louisa Hanoune réclame des législatives anticipées

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a été réélue, hier, à la tête de sa formation politique, à l’issue du 7e congrès qui s’est tenu à l’Office du Village des Artistes, à Alger.
Après la fin des travaux du congrès, le Comité central du parti a tenu sa première réunion extraordinaire, consacrée à l’élection d’un secrétaire général. Et c’est sans aucune surprise que Louisa Hanoune, a vu la confiance des membres de cette instance renouvelée en elle.
Une autre instance a été également désignée, chargée de gérer les affaires courantes jusqu’à l’installation d’un nouveau Bureau politique. Forte de son nouveau mandat à la tête du parti, Mme Hanoune a affirmé que la gestion du PT est une gestion collégiale, et que le secrétaire général n’a aucun droit de gérer tout seul le parti, sans se référer à ses instances. Cela, avant d’aborder l’actualité politique nationale, caractérisée par la multitude d’initiatives, et un flou total à quelques mois seulement de l’élection présidentielle. «Personne ne sait ce qui va se passer dans les prochains jours», a-t-elle d’emblée soutenu, appelant les cadres et militants du parti à rester mobilisés pour faire face à tout imprévu.
Pour elle, l’Algérie est à la croisée des chemins. Interrogée sur les initiatives politiques, notamment celle du TAJ, qui a appelé à la tenue d’une conférence nationale inclusive, et du MSP, qui plaide pour le report de la présidentielle, en vue de réaliser un consensus national, la patronne du PT a refusé de prendre une position dans le contexte actuel. «Nous n’avons pas rencontré les dirigeants de ces deux partis. Nous ne sommes pas concernés par ces initiatives», a-t-elle dit, ajoutant que son parti ne peut pas trancher sa position pour le moment. Et de s’interroger : qui va convoquer cette conférence nationale ? Qui y participera ? Le consensus entre qui et qui ? Autour de quoi ? L’oratrice dit craindre que, si l’option d’une conférence nationale sera retenue, son issue sera comme celles essayées par certains pays africains, où les crises se sont accentuées. Au lieu d’une conférence nationale, Mme Hanoune préfère l’organisation des élections législatives anticipées, afin d’élire une Assemblée légitime. En tout cas, Mme Hanoune estime qui si c’est la présidence de la République qui veut convoquer une conférence nationale, elle doit le faire savoir publiquement.
En tout état de cause, la secrétaire générale du PT soutient que «la priorité n’est pas de tenter de rafistoler et de sauver le système politique pourri, qui constitue un danger pour le pays, mais de rendre la parole au peuple», à travers des élections libres et transparentes, qui seront organisées par une instance indépendante, avec toutes les attributions qu’il faut. «Celui qui est la cause de la crise peut-il être une partie de la solution ?», s’est-elle encore interrogée. Interrogée sur sa position par rapport à l’élection présidentielle du printemps prochain, l’oratrice a affirmé que sa formation ne peut pas se positionner pour le moment, alors qu’elle ne sait même pas si le scrutin aura lieu dans les délais impartis par la constitution, ou s’il sera reporté. Plusieurs voix se sont élevées ces derniers temps, appelant au report de la présidentielle. Il faut attendre quelques semaines pour voir si le corps électoral sera convoqué ou pas, pour savoir si la présidentielle sera reportée ou pas.
Abordant la question de l’immigration clandestine, qui est revenue en force ces derniers mois, Mme Hanoune a soutenu que le gouvernement est le responsable de ce drame. Des dizaines de personnes ont péri ces dernières semaines, en tentant de traverser la mer dans des embarcations de fortune. «Si on avait un gouvernement responsable et un Parlement légitime qui le contrôle, il n’y aurait pas de tels drames», a-t-elle expliqué.

Karim Aimeur

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …