Home / Algérie / Rentrée scolaire à Tizi Ouzou: Les prix des articles scolaires sont exorbitants

Rentrée scolaire à Tizi Ouzou: Les prix des articles scolaires sont exorbitants

Après les grandes dépenses budgétaires du mois de Ramadhan, des grandes vacances et de l’Aïd-el-adha, les ménages sont confrontés à une nouvelle saignée pour cette rentrée des classes.

Satisfaire les besoins de leur progéniture en matière d’effets vestimentaires et d’articles scolaires est un véritable casse-tête pour ces parents dont le portefeuille est déjà mis à rude épreuve.
Hier, les kiosques, les librairies et les magasins d’articles scolaires du centre-ville de Tizi-Ouzou étaient pris d’assaut par les parents qui, accompagnés de leurs enfants en quête d’articles scolaires, étaient déjà à l’œuvre dès les premières heures de la matinée.
Cette année et comme de coutume, les parents étaient surpris par les prix exorbitants des articles scolaires affichés sur les étals des commerçants.
C’est presque le choc. On ne s’attendait peut-être pas à voir des prix qui donnent le tournis.
«Nous sommes confrontés à une nouvelle saignée budgétaire. Certes, c’est l’avenir de nos enfants, mais les pères de famille issus de la couche moyenne ou bien celle défavorisée ne peuvent pas subvenir aux besoins de leurs enfants scolarisés», nous dira un père de famille rencontré à l’intérieur d’un magasin au centre-ville de Tizi-Ouzou et qui était accompagné de ses deux enfants.
Même son de cloche chez Nadia, une mère de famille qui a regretté cette hausse des prix des articles scolaires qui est d’après elle une arnaque imposée par les commerçants qui dictent leur loi sur le marché.

Le cahier de 288 pages à 230 DA !

A préciser que les prix des affaires scolaires sont hors de protée pour des père et mères de famille à faibles revenus. Qu’il s’agisse de produits locaux ou bien d’importation, les parents sont mis devant le fait accompli, notamment avec la concurrence déloyale qui touche de plein fouet le marché des affaires scolaires. Pour preuve : des cahiers de 120 pages sont vendus à 95da l’unité, celui de 288 pages à 230 da, alors que les cartables produits localement varient entre 1500 à 2000 Da. Quant à ceux de l’importation, ils sont affichés à plus de 3000 Da.
Pour ce qui est des blouses, elles sont vendues entre 600 et 1000 Da.
«Nous ne pouvons pas faire face à cette flambée des prix, notamment avec les revenus mensuels de la quasi-totalité des fonctionnaires qui ne dépassent les 30 000 Da», nous dira un père de famille. De leur côté, les commerçants ont affirmé que cette flambée est due à la hausse des prix de ces affaires sur le marché de gros, ce qui se répercute sur le prix du détail. Les produits d’importation sont excessivement chers à cause de la dévaluation de la monnaie nationale (dinar algérien) devant la devise, en l’occurrence l’euro qui a atteint une hausse sans précédent sur le marché des changes avec 200 Da pour 1 euro. «Nous sommes aussi victimes de cette hausse puisqu’il existe des périodes où nous ne pouvons pas faire nos commandes, vu cette hausse des prix sur le marché de gros», dira un commerçant d’un magasin spécialisé dans la vente des articles scolaires au chef-lieu de la capitale de Djurdjura. D’après lui, les prix ont augmenté de +10% cette année. «Certes, que les parents trouvent des difficultés pour subvenir aux besoins de leurs enfants, mais ce n’est pas de notre faute, puisque les prix de ces affaires ont augmenté sur le marché de gros», a-t-il insisté. Il faut dire que cette hausse n’a pas empêché les parents de se rendre en masse pour procurer ces affaires scolaires dont l’objectif est de satisfaire les besoins de leur progéniture.

Z. C. Hamri

About Armadex

Check Also

l’Europe face à l’extrémisme religieux.. De l’exode passif à l’islamisme actif

L’Europe est en train de voir naître, dans sa communauté musulmane, une influence djihadiste. Celle-ci …