Home / Algérie / Revendications salariales: Malaise au port d’Annaba

Revendications salariales: Malaise au port d’Annaba

Plus d’une centaine de travailleurs de l’entreprise portuaire d’Annaba (EPAn) ont décidé d’une grève ouverte, hier, après le préavis déposé auprès de la direction du port, il y a plus d’une semaine. Interrogés, les contestataires dénoncent la fuite en avant des responsables.

«Il y a une revendication ouvrière qui est primordiale aujourd’hui», déclare un manutentionnaire réclamant, notamment, une hausse de salaire face aux différentes hausses des prix constatées sur le marché. La revendication des grévistes porte, selon un communiqué rendu public hier, sur l’alignement de leurs salaires sur ceux de leurs collègues des autres ports. En effet, ils ne s’expliquent pas des écarts énormes entre les rémunérations, salaires et primes, qui figurent sur les fiches de paie des mêmes postes de travail dans d’autres ports, tels Skikda ou Béjaïa. Le nouveau régime de classification et de rémunération étant national, les contestataires réclament tout bonnement un alignement sur salaires, avec effet rétroactif, pour les différentes catégories de travailleurs dont le classement est explicite dans les nomenclatures annexées aux conventions, signées entre la direction et le syndicat.
Pour l’heure, c’est le statu quo mais, un service minimum est assuré afin de ne pas paralyser complètement le trafic du port et ses dépendances. C’est ainsi qu’hier, un bateau chargé d’ammoniac a été remorqué selon les règles d’usage. Néanmoins, les grévistes restent déterminés et mobilisés afin qu’aboutissent leurs revendications. Ce mouvement de grève intervient, paradoxalement, au moment où le chantier de rénovation de la gare maritime est en phase de finalisation. Les deux phases du renforcement du sol des infrastructures sont terminées à 100% alors que les approvisionnements pour les superstructures en charpente métallique sont à 90%.
Une fois opérationnelle au courant de cette année, la gare maritime rénovée accueillera, outre les bateaux de marchandise et les car-ferries de voyageurs, des bateaux de croisière qui nécessiteront une main-d’œuvre conséquente et un climat apaisé au sein du port géré par l’EPAn. D’ici là, direction de l’entreprise et travailleurs devront accorder leurs violons…

Amir N.

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …