Home / Actualité / Secteur des boissons: 80 000 postes de travail générés

Secteur des boissons: 80 000 postes de travail générés

Le secteur des boissons en Algérie, qui est générateur de près de 80.000 postes d’emploi, vise à se conformer aux normes européennes de production afin d’accroître la compétitivité.

Selon les dernières statistiques de l’Association des producteurs de boissons (APAB), quelques «80.000 personnes sont employées dans le secteur des boissons, dont 20.000 emplois directs et 60.000 indirects». Le président de cette association, Ali Hamani, a affirmé dans une déclaration à Echourouk, que «le secteur des boissons s’emploie à absorber le chômage et améliorer la qualité de production pour être concurrentiel au niveau international, et ce dans l’intérêt de l’économie du pays». En matière de consommation, Hamani a indiqué que l’algérien consomme en moyenne 52.2 litres d’eau minérale par an, dont 20 à 30% sont consommées pendant l’été. Concernant les boissons gazeuses, la moyenne de consommation du citoyen algérien est de 37.5 litres par an. Le secteurs des boissons qui a la dimension sociale a failli être emporté par les restrictions des importations décidées par les pouvoirs publics depuis 2017, notamment le gel des importations des arômes entrant dans le processus de production des boissons (jus, soda,…etc.). Jusqu’au début mai dernier, les intrants ou arômes nécessaires pour la production des différentes boissons étaient interdits d’entrée sur le marché algérien, tandis que la production locale de cette matière première était insuffisante. Cette situation a fait réagir les producteurs de boissons, à travers leurs associations (APAB), en tirant la sonnette d’alarme quant au risque que courrait leur secteur, notamment à l’approche de la saison estivale, considérée par ces professionnels comme la haute saison pour leur créneau. Dans le sillage, le gouvernement, par le biais du Ministère du Commerce, s’est réuni avec les producteurs de boissons en sortant avec la décision d’autoriser les importations d’arômes pour une durée de six mois, en attendant que la production locale de cette matière première atteigne son rythme de croisière.

F.H.

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …