Home / Actualité / Sit-in devant le siège de la cour de justice de Bouira.. Mobilisation pour la libération des trois jeunes

Sit-in devant le siège de la cour de justice de Bouira.. Mobilisation pour la libération des trois jeunes

La mobilisation citoyenne pour la libération des jeunes, qui ont été arrêtés vendredi dernier à Alger, et mis sous mandat de dépôt injustement, a commencé. Dans la wilaya de Bouira, trois jeunes originaires de la commune de Haizer font partie des 18 personnes incarcérées pour avoir porté le drapeau amazigh durant la marche du 18e vendredi de la contestation populaire contre le pouvoir à Alger. À Haizer, tous les commerces ont baissé leurs rideaux hier, en guise de solidarité avec les trois détenus. «Le siège de l’APC et celui de la daïra ont été également fermés pour les mêmes raisons. Le chef-lieu communal est paralysé par une grève générale», avons-nous constaté sur place.
Ainsi, des dizaines de citoyens de cette commune se sont rassemblés dans la matinée d’hier et sous un soleil de plomb devant le siège de la cour de justice pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle des trois détenus et de toutes les autres personnes qui ont été arrêtées et écrouées pour la simple raison de brandir un drapeau qui est un symbole de l’identité algérienne. «Nous sommes ici aujourd’hui pour exiger la libération de nos enfants incarcérés par la justice pour avoir commis le crime de porter un drapeau amazigh, symbole de leur identité et leur dignité. Ils n’ont pas volé, ni détourné l’argent public ni tué personne. Nous réclamons leur libération dans le calme et le pacifisme.
On ne tombe pas dans leur jeu. Nous savons tous que vis-à-vis de la loi, aucun article dans la constitution qui stipule l’emprisonnement de toute personne portant un drapeau», a déclaré un citoyen qui a pris la parole lors du sit-in devant le siège de la cour de justice. Des slogans hostiles au pouvoir ont été scandés par la foule. La colère et la détermination se lisaient sur tous les visages. L’élan de solidarité ne doit pas faiblir jusqu’à ce que les détenus soient relâchés, estiment des jeunes de Haizer.
«Nous serons mobilisés jusqu’à ce que les jeunes détenus soient tous libérés. La place de ces jeunes n’est pas en prison. Ils n’ont rien commis de grave pour mériter ce sort. Pour la question du drapeau amazigh, il n’a jamais été une menace pour l’unité nationale. Nous allons brandir ce drapeau dans toutes les marches et manifestations. Ce ne sont pas les ordres du chef d’état-major qui nous font peur», ajoute un jeune de la commune de Haizer.
Ali Cherarak

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …