Home / Actualité / Sommet des ministres des AE du groupe 5+5: Affronter le terrorisme et la migration illégale

Sommet des ministres des AE du groupe 5+5: Affronter le terrorisme et la migration illégale

Les travaux de la 14e conférence des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 se sont déroulés, hier à Alger, sous le thème «Méditerranée occidentale : promouvoir un développement économique et social inclusif partagé et durable face aux défis communs dans la région».

La rencontre, co-présidée par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et son homologue français, Jean-Yves Le Drian, regroupe les chefs de la diplomatie des pays du Dialogue 5+5 de Méditerranée occidentale. Il s’agit de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie, la Libye et la Mauritanie pour la rive sud de la Méditerranée et de l’Italie, la France, l’Espagne, le Portugal ainsi que Malte pour la rive Nord. Finalement, le chef de la diplomatie marocaine, dont une polémique sur la participation a enflé la semaine dernière, a fait le déplacement à Alger afin de représenter son pays. Dans son intervention devant ses homologues, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a appelé à intégrer les dimensions de sécurité et de développement en adoptant une «approche globale» face au phénomène migratoire qui se pose dans la région méditerranéenne.
«Notre région fait face au phénomène migratoire, une question fondamentalement humaine, qui appelle une approche globale, intégrant les dimensions de sécurité pour éradiquer les réseaux criminels liés à la traite humaine, de développement pour lutter contre les causes économiques et sociales et le respect de la dignité humaine en conformité avec les droits humains et les conventions internationales et régionales y afférents», a-t-il déclaré. Il a souligné que le Dialogue 5+5 «est le cadre qui permet de forger le consensus autour d’une démarche à adopter face au phénomène migratoire qui devrait prendre la forme d’une approche multidimensionnelle, équilibrée et solidaire, cohérente avec notre partenariat régional». M. Messahel a abordé également la question du terrorisme. «Notre région est parmi les zones qui souffrent le plus du terrorisme, phénomène qui n’est pas sans conséquences sur nos sociétés, nos économies et sur le développement de nos pays», a-t-il souligné, ajoutant que «dans cet espace, le terrorisme s’appuie sur le crime organisé transnational lié à la traite humaine, au trafic de drogue et à la collecte des rançons». Face à cette menace commune, «l’Algérie et certains des partenaires de notre Forum disposent de mécanismes informels bilatéraux de dialogue et de coopération qui donnent des résultats encourageants», a-t-il affirmé, précisant que l’Algérie «a également développé une stratégie de déradicalisation qu’elle met à la disposition des pays de la région et de la communauté internationale». «Le cadre du 5+5 doit promouvoir un dialogue en vue de l’éradication de ce phénomène, dont la menace risque de s’accentuer en raison du retour des terroristes affiliés à Daech», a-t-il plaidé. A la fin des travaux, les ministres des Affaires étrangères des pays du Dialogue 5+5 ont plaidé en faveur du renforcement du dialogue et de la concertation en vue d’une convergence de vues et d’actions sur les questions régionales d’intérêt commun. Dans une déclaration commune, il a été souligné que le dialogue politique au sein de cet espace sous-régional «constitue le moyen idoine pour la recherche de solutions adaptées et efficaces aux crises et foyers de tension qui secouent la région». Les participants ont appelé, dans ce cadre, à «la poursuite et à l’approfondissement du dialogue et de la concertation sur l’ensemble des questions d’intérêt commun, en vue d’un rapprochement des positions et d’une plus grande cohésion des positions dans le fora régionaux et internationaux». Ils ont aussi convenu de «coopérer étroitement avec l’UE pour renforcer l’efficacité de la politique de voisinage et à en assurer la pérennité», tout en réitérant l’importance de «contribuer davantage à l’intégration régionale intra-maghrébine». Ils ont plaidé, à ce propos, pour un rôle renforcé de l’Union pour la Méditerranée (UPM) pour «améliorer la gouvernance et rehausser le dialogue politique en son sein avec les autres entités euro-méditerranéennes».

Synthèse Karim Aimeur

Check Also

Décès du général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah

ALGER – Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah vice-ministre de la Défense nationale, …