Home / Actualité / Son installation devrait intervenir au cours de ce premier semestre: L’Académie pour Tamazight, une réalité

Son installation devrait intervenir au cours de ce premier semestre: L’Académie pour Tamazight, une réalité

L’Académie algérienne pour la langue amazighe sera installée d’ici le mois de juin prochain, alors que la loi organique qui devrait l’instituer devrait être débattue et adoptée prochainement, au sein des deux chambres du Parlement.

Ayant collaboré dans l’élaboration du texte de la loi organique attestant de l’Académie algérienne pour la langue amazighe, le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) a annoncé, hier, par la voix de son secrétaire général que cet organisme représente un «énorme acquis qui verra le jour d’ici la fin du premier semestre de l’année en cours». Lors de son intervention à l’occasion du forum d’information sur le thème «Tamazight et le service public» organisé hier, au siège de l’APS, le secrétaire général du HCA, Si El Hachemi Assad, a assuré que le projet de loi organique «est mûr» et a plaidé pour un travail de «complémentarité» entre cette future académie et le HCA. Ce qui va permettre selon lui, d’accélérer la socialisation de la langue amazighe et d’ancrer son utilisation entre autres dans l’espace public. Relevant l’importance de cette rencontre, M. Assad a souligné qu’elle dénote de la «mobilisation» du HCA à accomplir sa mission en matière de socialisation de tamazight. Sur le plan national, le HCA a prévu d’organiser au cours de cette année, des tournées dans des dizaines de wilayas où la langue amazighe n’est pas encore enseignée dans les établissements scolaires. Il compte organiser également un colloque sur la littérature amazighe en avril prochain, dans la wilaya de Ghardaïa. Pour ce qui est du service public, M. Assad propose l’utilisation du tamazight auprès de l’arabe dans les factures d’électricité et de l’eau, pour permettre une «coexistence» des deux langues. Le SG du HCA a cependant, relevé que des institutions publiques dont certaines ministérielles, ne collaborent pas en matière de généralisation de la langue amazighe, pourtant approuvé dans la Constitution algérienne. «Certains départements ministériels dont le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, ne collaborent pas suffisamment, en dépit des conventions signées entre les deux parties et les commissions mixtes installées», a-t-il fait savoir. Pour lui, «une convention représente un engagement».

Statue de Massinissa à Tafourah

Revenant sur le projet de réalisation de la statue du roi numide Massinissa au niveau de la place Tafoura (Alger), M. Assad a révélé qu’il sera réalisé dans le délai de sept mois, par le Groupement Inguel décoration sculpture. Cette statue du grand Aguellid Massinissa «sera réalisée sur la base de certains critères exprimant la majesté, la puissance, la résistance indomptable et la sagesse et reflétant la grandeur de ce personnage historique dans ses qualités de chef de guerre émérite et de bâtisseur du premier Etat numide», a estimé M. Assad pour qui «il faut éviter toute précipitation» dans la réalisation de ce projet. Il faut noter que ce Forum s’inscrit dans le prolongement d’une première étape consacrée à la traduction vers la langue tamazight de différents supports élaborés durant l’année 2017 et dont l’objectif est l’adaptation graduelle aux dispositions de la Constitution, révisée en février 2016. A cet effet, le directeur de l’Information de l’APS, Beldi Fakheredine, a souligné que le partenariat entre l’agence et le HCA a été entamé depuis le lancement d’un site d’information en Tamazight en 2015. Il a ajouté que la présentation d’un recueil d’environ 3.000 termes utilisés dans les médias, atteste «du caractère fructueux de ce partenariat qui s’est traduit par de nombreuses réalisations».

Fella H.

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …