Home / International / Statues et vestiges culturels: Le massacre continue

Statues et vestiges culturels: Le massacre continue

Une rencontre internationale sur le patrimoine était programmée, hier, à Alger. La veille, la statue de Aïn Fouara à Sétif était massacrée par un fanatique.

Le massacre de la statue de Aïn Fouara à Sétif est une nouvelle leçon à ceux qui prétendent vouloir protéger le patrimoine culturel. L’homme a agi en toute tranquillité et pris tout son temps pour massacrer la statue devant tout le monde. Il faut rappeler que ce n’est pas la première fois qu’on assiste à de tels actes.
Il y a quelques années, la statue se trouvant à la grande place de Cherchell en face du musée national des antiquités était également la cible d’intégristes.
Ces gens qui s’attaquent aux statues sous prétexte religieux continueront à cibler le patrimoine puisqu’ils savent qu’ils n’encourent pas de sanctions graves. C’est-à-dire qu’ils ne risquent pas de se retrouver en prison pour une vingtaine d’années ou plus. Pour rappel, dans les années 1960, en Egypte, il y avait des escrocs qui s’étaient spécialisés dans la fabrication et le trafic de statuettes qu’ils vendaient aux touristes. L’Etat égyptien avait mis fin à ce trafic en instaurant la peine capitale pour tous ceux qui fabriqueraient ces fausses statuettes antiques. Le trafic a, alors vite cessé. Le législateur algérien pourrait faire de même pour mettre fin à ce massacre du patrimoine culturel. C’est vrai que les gendarmes ne cessent d’arrêter les trafiquants de pièces archéologiques, mais tant qu’il n’y a pas une décision forte, on continuera de massacrer les statues et les vestiges culturels. Ces vingt dernières années, les services de la gendarmerie et de la douane ont saisi des milliers de pièces archéologiques et de pièces de monnaie anciennes et sont plus vigilants en ce qui concerne les vols et le trafic, mais beaucoup reste encore à faire. En 1996, à Guelma, 9 têtes ont été volées au théâtre romain. En 2002, le trésor de M’Daourouch (Souk-Ahras) a été pillé, et 50 000 pièces de monnaies romaines volées. En mars 2006, les gendarmes avaient trouvé une statue d’offrande à la divinité romaine de l’agriculture et de la fécondité «Saturne» dans la maison d’un trafiquant de stupéfiants. Une autre statue avait été volée en novembre 2003 au musée de Djemila. En 2006, les services de la police des frontières de l’Aéroport d’Alger avaient arrêté un ingénieur Chinois en possession de 3 pièces archéologiques enfermant des fossiles de 1 million d’années subtilisées à Adrar. Des dizaines de pièces archéologiques dont des sculptures classées patrimoine mondial par l’Unesco ont été saisies, mais la il s’agit de trafic. C’est-à-dire que les pièces volées étaient destinées surtout à la revente à l’étranger, néanmoins le cas de Aïn Fouara et de la statue de Cherchell est un massacre du patrimoine.
On devrait punir sévèrement ceux qui s’attaquent au patrimoine et la justice devrait médiatiser les sanctions pour donner l’exemple. Les sites archéologiques tels que Medghacen dans la wilaya de Batna, le mausolée de Maurétanie (tombeau de la chrétienne à Tipasa et les Casbah de Miliana, Dellys, Constantine et d’Alger devraient être protégés tout au long de l’année.
On sait qu’à la Casbah d’Alger, des mosaïques et des carrelages datant de l’époque turque ont été volés pour décorer certaines villas. Si on a pu récupérer le masque de Gorgone – qui se retrouve actuellement au musée des antiquités – on peut très bien récupérer les pièces volées de la Casbah. Ce qui n’est pas récupérable par contre, ce sont ces vestiges et statues massacrés. Il faut frapper fort pour que cela ne se refasse plus.

Bari Stambouli

Check Also

Meurtre du journaliste Khashoggi.. Erdogan accuse le prince Ben Salmane

Le président turc, Erdogan, a accusé le prince de l’Arabie saoudite de chercher à acheter …