Home / Economie / Sur fond de risques géopolitiques: Les prix du pétrole reculent

Sur fond de risques géopolitiques: Les prix du pétrole reculent

Les prix du pétrole reculaient en cours d’échanges européens tout en restant à des niveaux élevés alors que l’offre mondiale pourrait être perturbée par des facteurs géopolitiques, notamment à travers de nouvelles sanctions sur l’Iran. Ainsi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 74,54 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 20 cents par rapport à la clôture de jeudi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance cédait 41 cents à 67,78 dollars une heure après son ouverture. «Le pétrole est sous pression car la vigueur du dollar fait de l’ombre aux tensions géopolitiques», a résumé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM. Le dollar sert de référence aux prix du baril, donc sa hausse rend le pétrole plus coûteux pour les investisseurs utilisant d’autres devises. Mais les cours restent proches de leur plus haut niveau depuis fin 2014. «Nous estimons que l’équivalent de 1,5 million de barils par jour sont menacés par des risques géopolitiques, surtout au Venezuela, en Iran et en Libye», ont énuméré les analystes de Bank of America Merrill Lynch. A l’approche de la date butoir du 12 mai pour que les Etats-Unis renouvellent l’accord sur le nucléaire iranien, les marchés suivent de près la relation entre le deuxième importateur mondial et le troisième plus grand producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). La chancelière allemande Angela Merkel est attendue vendredi à Washington pour une ultime tentative européenne de convaincre Donald Trump de sauvegarder l’accord, qui avait permis de lever les sanctions contre les exportations iraniennes. Le nouveau chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, très critique de l’accord, a par ailleurs été investi par le Sénat. «Des sanctions unilatérales des Etats-Unis auront un effet sur les exportations iraniennes, mais cela sera moins drastique que les sanctions internationales imposées entre 2012 et 2015», ont nuancé les analystes de BNP Paribas.

R. E.

Check Also

Durant les cinq premiers mois de 2019.. Hausse de 5,5% des recettes douanières

Cette amélioration s’explique, essentiellement, par les recouvrements exceptionnels qui ont été réalisés, au titre des …