Home / Actualité / Tizi Ouzou: Marche des rappelés de la décennie noire

Tizi Ouzou: Marche des rappelés de la décennie noire

Des dizaines de rappelés de la décennie noire, dans le cadre de la mobilisation, ont marché, hier, dans les artères de la ville de Tizi-Ouzou, pour dénoncer le mutisme des autorités quant à la prise en charge de leur plate-forme de revendications, et le «mépris» imposé à leur égard dans leur quête de reconnaissance de leurs sacrifices consentis durant la décennie noire. S’estimant lésés par rapport aux autres catégories de l’armée nationale qui ont obtenu gain de cause, les rappelés dans le cadre de la mobilisation (18+6), se sont rassemblés dès les premières heures de la matinée d’hier, au niveau de la placette du stade du 1er Novembre, avant d’emprunter la rue Abane Ramdane (grande rue) pour rejoindre la place de l’Olivier. Objectif : interpeller le chef de l’état major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général Gaïd Salah, et le président de la République, en sa qualité de ministre de la Défense nationale, afin de procéder, d’une manière effective, à l’ouverture de leur dossier qui traîne depuis 2009. Ainsi, ils exigent l’application des dispositions de l’article 71 de la loi de finances complémentaire pour 2009 en leur faveur, au même titre que leurs camarades rappelés, portant la revalorisation de leurs pensions, adoptée par le MDN et la promulgation du décret exécutif. «Nous sommes marginalisés par rapport aux autres catégories qui ont obtenu gain de cause, notamment les rappelés. Nous exigeons la reconnaissance de notre statut, comme ce fut le cas pour nos camarades rappelés et l’ouverture des canaux du dialogue du MDN à notre faveur», a affirmé le porte-parole de l’Organisation nationale des soldats contingent, Kamel Bouzegza. «Vu le sacrifice mené par les soldats durant la décennie noire (1992-1996), nous avons décidé de sortir dans la rue pour faire entendre notre voix auprès des autorités publiques», dira Bouzegza, devant une marée humaine composée des membres du bureau national, et ceux du bureau local et les soldats des wilayas à savoir : M’Sila, Bouira, Boumerdès, Skikda, Biskra, Oum Bouaghi, Alger, Djelfa, Béjaïa, Jijel et Tizi-Ouzou, qui étaient présents sur les lieux de la protestation. «Après le verrouillage des portes du dialogue du MDN, qui devait tenir une réunion de concertation juste après la rentrée sociale, qui a eu lieu en ce mois de septembre, nous avons décidé d’observer ce mouvement de protestation». A souligner que la marche a été autorisée, et un important dispositif sécuritaire a été déployé au niveau du lieu de la protestation. Il faut dire qu’aucun incident n’a été déploré durant cette protestation. Kamel Bouzegza a affirmé qu’il s’agit d’anciens appelés de l’armée, des classes de 92 à 96, qui ont répondu au devoir de la lutte contre le terrorisme durant la décennie noire pour six mois supplémentaires, à l’issue de leurs 18 mois de service national, d’où l’appellation de soldats de la décennie noire 18+6.

Z. C. Hamri

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …