Home / Actualité / Tizi Ouzou.. Marée humaine sur la ville

Tizi Ouzou.. Marée humaine sur la ville

Tel un torrent, ils arrivaient par dizaines, ensuite par centaines, ensuite par milliers et milliers. C’est une véritable marée humaine qui a déferlé sur la capitale du Djurdjura, cette ville qui sort d’une grève de 5 jours, suivie largement aussi dans tout le territoire de la wilaya. Cet acte IV de la protestation enclenchée le 22 février a été l’apogée, pour ainsi dire. Devant le portail du campus Hasnaoua de l’Université Mouloud Mammeri, les premiers manifestants étaient là plusieurs heures avant le début de la manifestation. D’autres déjà accrochaient des banderoles un peu partout sur les grilles du siège de la DJS, à côté du stade du 1er Novembre etc. Au début donc, les marcheurs arrivaient comme des gouttes de pluie, puis cela s’est transformé en une sorte de torrent. Ils arrivaient de partout, comme s’ils sortaient des entrailles de la terre. De dizaines de milliers, ils sont devenus des centaines de milliers. Combien étaient-ils ? 400 0000, 500 000, plus ? Du jamais vu sur la place de Tizi.
Des milliers et des milliers de slogans ont été scandés et autant de banderoles ont été déployées. « Non au mandat 4,75», «Système dégage», «FLN dégage», étaient entre autres slogans transcrits sur les pancartes, les banderoles que brandissaient des femmes, des hommes, des enfants et les marcheurs de tous les âges. Le président français Emmanuel Macron n’a pas été épargné par les manifestants qui l’ont raillé dans plusieurs slogans et lui demandant de s’occuper des ses «affaires». Même la vuvu zela était de la partie. Si les premiers carrés avaient déjà presque fait la boucle pour entamer la rue Khodja Khaled après avoirs traversé le centre-ville et en descendant jusqu’au boulevard Stiti avant de remonter l’axe du Nouveau Lycée, les derniers étaient toujours à proximité du CHU Nédir Mohamed. C’est dire que la ville des Genêts ne pouvait contenir tout ceux qui sont venus dire non à la prolongation du 4e mandat et de tout ce qui a été annoncé dans le sillage de la démission d’Ouyahia. Plusieurs heures après le début de la manifestation, les marcheurs se sont dispersés dans le calme et aucun incident n’a été signalé.
B. B.

About Letemps

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …