Home / Actualité / Transport ferroviaire: Pas de hausse des tarifs

Transport ferroviaire: Pas de hausse des tarifs

La Société nationale des transports ferroviaires (Sntf) ne va pas procéder en févier à l’augmentation de ses tarifs sur les lignes des banlieues, ni encore sur les longs trajets. Le directeur général de la société nationale des transports ferroviaires (Sntf), Yacine Bendjaballah a démenti hier, toute éventuelle augmentation des tarifs du transport ferroviaire des voyageurs. «Il y’a eu une mauvaise interprétation. Je m’engage nettement à rassurer la clientèle que les tarifs ne connaitront aucune augmentation durant le mois de février», a affirmé M. Bendjaballah, sur les ondes de la radio chaine 3. Il s’explique : «les récents réajustements de 10 dinars que la Sntf vient de décider, visent à aligner les transports urbains, précisant qu’ils ne sont appliqués que pour une distance minimale parcourue de 5 km. Soit sur seulement le 1 % de notre clientèle globale sur le territoire national. Nous avons procédé à l’application de ce réajustement de 10 Da sur un rayonnement ne dépassant pas les 5Km pour unifier les tarifs des transports urbains dans les grandes agglomérations pour que les citoyens puissent emprunter plusieurs modes de transport et pas seulement le train. Par ailleurs, le même responsable a annoncé que la prochaine introduction de nouveaux convois ferroviaires pouvant rouler à une vitesse de 160 km/h, à partir du mois de mars 2018, va permettre de réaliser la liaison Alger-Oran en quatre heures de temps. Ces types de machines sont également prévus pour relier la capitale aux villes de Constantine et d’Annaba. Il signale que les nouvelles dessertes seront assurées par 17 autorails de type Coradia, dont le premier prototype sera réceptionné dans le courant du mois . M. Bendjaballah précise que l’acquisition de nouveaux trains, en même temps que la rénovation du parc roulant de son entreprise, devrait permettre de transporter 60 millions de voyageurs et 17 millions de tonnes de fret/an à partir de 2020, période durant laquelle, annonce-t-il, la Sntf prévoit de réaliser son équilibre financier. Il détaille sur ce plan que ces nouveaux matériels, celui-ci fait savoir que sa société a entrepris la réhabilitation, dans ses ateliers de Sidi Bel-Abbés, de 202 voitures, dont six sont déjà entrées en service. Il précise que celles-ci sont dotées chacune d’un maximum de confort, d’un restaurant et de couchettes de 1ère et seconde classe, le tout équipé d’un système de climatisation. Il fait état, d’autre part, des travaux de réhabilitation en cours des gares ferroviaires, de la reprise programmée du train de nuit reliant Alger à Oran et de l’inauguration, dans le courant de l’année 2018, de la ligne reliant Alger à l’aéroport Houari Boumediène.

Changement de statut

Concernant la situation financière de la Sntf, son premier responsable a précisé que l’entreprise n’est plus déficitaire. «On était déficitaire, mais aujourd’hui, les choses ont totalement changé. Nos moyens ont été valorisés et nous dégageons des prévalues». Il ajoute pareillement que la Sncf dégage depuis 2017, un actif net qui est passé d’une situation négative à une autre positive. «Pour ce qui est de nos engagements vis-à-vis de nos banquiers, je rassure que la Sncf respectera les échéances de remboursement de ses crédits», précise-t-il. Il tient à rappeler que la Sntf a bénéficié du soutien des pouvoirs publics, notamment les aides accordées suite aux nouvelles dispositions du conseil national d’investissement (CNI). Selon lui, suite à la tenue du dernier conseil participatif de l’Etat (CPE), plusieurs avantages ont été consolidés en faveur de la Sntf. «La problématique de la situation financière a été posée lors de cette séance, et parmi les résolutions la plus importante réside dans l’autorisation de changer prochainement le statut de la Sntf d’une entreprise composée d’EPE à un Groupe composé de l’ensemble de ces filiales. Il sera dénommé le Groupe ferroviaire algérien GFA».

Smail Mimouni

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …