Home / Economie / Une aubaine pour relancer les chantiers

Une aubaine pour relancer les chantiers

Baisse des prix des matériaux de construction

Freinés depuis plusieurs mois à cause de la hausse des prix des matériaux de construction, les chantiers de bâtiment et des travaux publics reprennent petit à petit leur activité avec le retour progressif à la normale des prix du ciment et du rond à béton.

De 1.000 dinars le sac de ciment de 50kg à moins de 500 dinars, les chefs d’entreprises, les promoteurs ainsi que les particuliers ne peuvent que s’en réjouir de la situation. Après cette baisse sensible de ce produit, voilà que le rond à béton suit la même courbe descendante, même si les tarifs ne sont pas encore revenus à ce qu’ils étaient avant l’instauration des licences d’importation sur ces deux matériaux essentiels de construction. Contacté hier, par téléphone, le président de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA, une organisation versée dans le BTPH), Mouloud Khelloufi a confirmé la baisse constatée du rond à béton, même s’il estime que cette réduction n’est pas suffisante.
«Les prix du rond à béton, notamment du diamètre 8mm a été ramené ces derniers jours à 9.500, puis à 9.000 DA/le quintal. Pour ce qui est des autres diamètres, ils tournent autour de 8.000 dinars», a-t-il précisé, avant d’ajouter que cela est une bonne chose pour le secteur du bâtiment. «Avec le lancement prochain des 120.000 logements AADL et aussi les autres unités d’autres programmes (LPP et LPA), il fallait essentiellement ramener les prix des matériaux de construction à des niveaux supportables. Pour expliquer l’envolée des prix, puis un retour progressif à la normale, le président de l’association des entrepreneurs a fait savoir que l’usine d’El Hadjar est entrée en production pour faire sortir de ses laminoirs le ronds torsadé 8 et 10 mm.
Auparavant, le monopole de ces deux diamètres était détenu par l’usine algéro-turque d’Oran, laquelle Khelloufi n’a pas manqué d’accuser de faire de la spéculation. «Comment expliquez-vous que le 8mm est inexistant à l’usine, alors qu’il est disponible sur le marché à un moment où l’importation est stoppée. La spéculation sur ce produit commençait déjà à l’intérieur de l’usine». Une situation qui, selon notre interlocuteur, a été vécue pour ce qui est du ciment. «Nous avons tout fait pour faire cesser la spéculation sur le ciment et aujourd’hui, nous connaissons le résultat». Pour rappel, le ciment était jusqu’à la fin de l’été cédé à plus de 2.000 DA le quintal, mais la rentrée en production de nouvelles cimenteries et l’arrêt quasi-totale qu’a connu l’activité ont influencé sur les prix qui ont baissé de moitié. En visite octobre dernier à Jijel, le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, a confirmé que «tous les besoins du pays en matière de rond à béton seront couverts d’ici une année ou deux».
L’Etat ambitionne ainsi de passer de l’importation à la satisfaction des besoins en la matière puis à l’exportation, a assuré le ministre qui a insisté sur l’importance de rentabiliser au maximum le complexe de Bellara. Evoquant le ciment, Yousfi précise qu’il constitue «le premier produit industriel devant optimiser le volume des exportations hors hydrocarbures de l’Algérie».

Hafid M.

About Armadex

Check Also

Après des années en mode stand by.. L’activité des mines et carrières reprend

L’Algérie a enregistré une hausse de l’activité industrielle du secteur des mines et des carrières …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.