Home / International / Une nouvelle manipulation politique de la monarchie pétrolière: L’Arabie saoudite crée «l’OTAN musulmane»

Une nouvelle manipulation politique de la monarchie pétrolière: L’Arabie saoudite crée «l’OTAN musulmane»

Dénoncée par l’opinion publique mondiale pour sa politique hostile, le soutien au terrorisme et le radicalisme, l’Arabie saoudite tente d’améliorer son image, frisant parfois le ridicule.

Discréditée aux yeux du monde pour le soutien apporté aux radicaux, l’Arabie saoudite tente de faire croire qu’elle combat Daech. C’est dans ce cadre que la monarchie pétrolière a créé une coalition antiterroriste des pays musulmans. La manipulation politique éclate aux yeux puisque la coalition ne comporte ni Damas ni Baghdad, pays qui ont une grande expérience en matière de lutte antiterroriste. Le but donc de l’Arabie saoudite n’est pas de combattre Daech mais de manipuler les pays de la colaition dans le sens des intérêts du pays des pétrodollars. Même s’ils combattent Daech depuis des mois, Damas et Baghdad ne figurent pas sur la liste des 40 pays d’une nouvelle coalition antiterroriste lancée par Riyad. Grand rival régional, l’Iran en est également exclu, au contraire du Qatar. Hier, l’Arabie saoudite a lancé une coalition antiterroriste de 40 pays musulmans d’Asie et d’Afrique. Au cours d’une réunion des nations formant la coalition, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a appelé à une «coordination forte, excellente et spéciale» entre les membres de cette nouvelle coalition. «Nous allons continuer à pourchasser les terroristes jusqu’à ce qu’ils disparaissent de la terre», a encore lancé le Saoudien. Même s’ils combattent depuis de longs mois l’organisation terroriste Daech, en net recul sur leur territoire, la Syrie et l’Irak ne figurent pas dans la liste communiquée par l’agence de presse officielle saoudienne SPA. L’Iran, le grand rival de Riyad dans la région, n’apparaît pas non plus sur la listes des 40 pays membres de cette coalition. A noter toutefois que le Qatar en fait partie, selon SPA, même si aucun de ses ministres n’était présent à la réunion d’hier. L’Arabie saoudite accuse en effet Doha de soutenir des groupes radicaux et, à ce titre, Riyad avait rompu en juin ses relations diplomatiques avec ce pays, en dépit de ses dénégations. Au sein de cette coalition, à dominante sunnite, on retrouve encore des pays comme le Pakistan, la Turquie ou le Nigeria. 40 pays envoient un signal très fort consistant à dire que nous allons travailler ensemble et que nous allons mettre ensemble nos capacités militaires, financières, politiques et de renseignement, a encore déclaré le prince d’Arabie saoudite, ajoutant : «Cela se fera à partir d’aujourd’hui et chaque pays va y contribuer à hauteur de ses capacités». Exprimant sa solidarité envers l’Egypte, frappée le 24 novembre par un attentat qui a fait 305 morts, le prince héritier saoudien, dont le pays est lui-même accusé de soutenir le terrorisme, a promis de se tenir aux côtés «de tous les pays du monde qui combattent le terrorisme et l’extrémisme. Le prince d’Arabie saoudite note que le terrorisme déforme l’image de l’Islam, oubliant que l’Arabie saoudite est le principal soutien aux radicaux dans le monde. L’Arabie saoudite tente de créer l’OTAN musulman» pour des intérêts politiques puisque la lutte antiterroriste n’est que prétexte pour une telle initiative. L’Arabie saoudite est par ailleurs membre d’une alliance occidentale antidjihadistes dirigée par Washington, et accusée d’avoir perpétré de nombreux crimes contre les civils. Damas a dénoncé à plusieurs reprises l’action de la monarchie, l’accusant d’avoir «tué davantage de civils innocents que de terroristes» et lui reprochant de violer la souveraineté de la Syrie car les autorités syriennes ne l’ont pas invitée à intervenir sur son territoire. Le lancement de cette nouvelle coalition intervient au moment où l’Arabie saoudite mène une politique hostile à l’Iran. L’Arabie saoudite a créé la prétendue coalition antiterroriste au moment où la monarchie pétrolière est dénoncée par la communauté mondiale pour les crimes de guerre perpétrés au Yémen. La monarchie pétrolière tenterait par la création de la prétendue coalition antiterroriste des pays musulmans d’imposer le qualificatif de terroriste aux houthis.

Mounir Abi

About Armadex

Check Also

Politique hostile à l’Iran.. Le président français se joint à Washington

L’Elysée, qui ne dénonce pas le retrait de Washington de l’accord avec l’Iran, est contre …