Home / Algérie / Urbanisation rapide à Béchar: Effets indésirables sur l’environnement

Urbanisation rapide à Béchar: Effets indésirables sur l’environnement

La commune de Béchar, qui a connu, ces vingt dernières années, une rapide urbanisation est, à l’instar d’autres collectivités du pays, en train de subir ses effets, notamment en matière d’hygiène et de salubrité, d’où l’urgence de revoir le schéma de collecte des déchets, qui ne répond plus aux besoins réels de cette collectivité.

Une urbanisation effrénée, qui crée de nouveaux besoins en matière d’hygiène et de salubrité publique, nécessaires de par le volume élevé des déchets et autres ordures ménagères, produits quotidiennement dans cette commune, qui s’étend sur une superficie de 5.050 km2. Une situation aggravée par l’entassement des déchets à proximité des bacs à ordures placés en milieu urbain, à cause des rejets sauvages des déchets par des citoyens et autres restaurateurs, inconscients des incidences graves sur la santé humaine de ce type de comportements inciviques, a-t-on constaté. C’est surtout en période de fortes chaleurs, que l’impact sur l’environnement et la santé des populations que, de cet entassement des déchets ménagers et autres, est ressenti le besoin d’une révision globale du schéma de collecte des ordures, et du danger sur la santé des citoyens, d’où la nécessité de la mise en place d’un réseau de bacs à déchets souterrains, signalent des représentants des comités de quartiers. Des quartiers comme Béchar-Djedid et Debdeba, qui totalisent plus de 120.000 habitants à eux seuls, doivent être dotés de ce type d’équipements urbains publics, pour mettre fin à une situation qui n’a que trop duré, et qui peut avoir des conséquences graves sur le cadre de vie et la santé des habitants, ont-ils ajouté. La solution de réalisation et de généralisation des bacs d’enfouissement souterrains à travers la ville de Béchar, est justement préconisée par l’entreprise locale «Saoura-Net», pour le renforcement de l’hygiène et des opérations de collectes des différents types de déchets, selon la direction de l’entreprise. Des contacts ont été entamés, récemment, avec le secteur de l’environnement et l’assemblée populaire communale (APC), pour l’élaboration et l’inscription d’un projet de réalisation de pareils équipements publics, à travers les trois grands secteurs de la ville de Béchar, à savoir Béchar-Djedid, Debdeba et le centre-ville, et dans la perspective de l’amélioration de l’hygiène et la collecte des déchets, à travers cette ville de plus de 300.000 âmes, a indiqué à l’APS Boufeldja Bendjima, directeur de l’entreprise. «Si on arrive à concrétiser ce projet avec le soutien financier de l’Etat, on mettra fin aux bacs à déchets ménagers qui enlaidissent le cadre urbain à Béchar, et on facilitera les opérations de collecte quotidienne des déchets ménagers et autres par nos 40 équipes spécialisées», assure M. Bendjima. Saoura-Net, dont les équipes collectent quotidiennement plus de 180 tonnes de déchets ménagers et autres, souhaite la révision du schéma de collecte des déchets, réalisé en 2008 et ne répondant plus aux besoins réels de la commune de Béchar en la matière. Elle contribue, par ailleurs, avec l’apport de la société civile, à l’amélioration du cadre de vie des habitants de cette collectivité, à travers plusieurs opérations de nettoyage des quartiers et autres grands groupements urbains de Béchar, où elle a pu rendre une quinzaine de sites sauvages de rejet de déchets et autres détritus, en de véritables espaces verts, avec l’apport du mouvement associatif, prouvant ainsi sa totale disposition et coopération avec les citoyens, pour l’amélioration de l’hygiène du milieu urbain, souligne son premier responsable.

Une trentaine de points-noirs éradiqués

grâce à ce type de coopération avec le mouvement associatif, il a été mis fin à une trentaine de «points noirs» à travers la commune, a signalé le responsable, affirmant «rester à l’écoute des représentants des comités de quartiers pour l’amélioration davantage de l’hygiène dans l’ensemble des quartiers de la ville». Cependant, a-t-il poursuivi, la principale contrainte pour l’entreprise reste les marchés de fruits et légumes, notamment celui de «Bouhelal», au centre ville, dont l’APC doit prendre en charge sa rénovation, du fait qu’il «ne répond plus aux standards nationaux d’hy giène et de salubrité publique». Ce marché, réalisé en 1974 au centre-ville de Béchar, est décrié par les consommateurs à cause de son état d’hygiène et sanitaire, ne répondant nullement aux critères nationaux en la matière, d’où la nécessité de sa complète rénovation, pour qu’il puisse répondre aux besoins des citoyens, selon plusieurs citoyens. En général, la commune de Béchar présente un aspect hygiénique modeste, d’où la nécessité des efforts de chacun, pour rendre cette collectivité plus attrayante et propre, dans le but d’améliorer son cadre de vie, estiment, pour leur part, des représentants du mouvement associatif local. «Nous avons entrepris récemment une opération de nettoyage de plusieurs écoles primaires à travers la ville avec nos moyens et ceux de l’APC et de Saoura-Net, dans le seul souci de rendre plus agréable la scolarisation et l’évolution de nos enfants au niveau de ces établissements», a indiqué Laredj Hougana, de l’association «Initiative nationale de la campagne d’hygiène et de reboisement». Cette association, qui a à son actif une opération d’envergure de plantation de 40.000 arbustes de diverses essences à travers la wilaya de Béchar, de septembre 2016 à avril 2017, compte initier prochainement plusieurs opérations de nettoyage et d’hygiène, tant dans la commune de Béchar qu’au niveau des autres collectivités de la région, afin de vulgariser la culture de protection de l’environnement urbain des villes et de l’hygiène publique, a signalé M. Hougana.

APS

Check Also

l’Europe face à l’extrémisme religieux.. De l’exode passif à l’islamisme actif

L’Europe est en train de voir naître, dans sa communauté musulmane, une influence djihadiste. Celle-ci …