Home / Algérie / Violences faites aux femmes: Il faut briser le silence !

Violences faites aux femmes: Il faut briser le silence !

Briser le silence et dire stop à la violence. Tel est l’appel qu’ont lancé, hier, la commission nationale de la femme travailleuse de l’UGTA et la Commission de la femme de l’union de la wilaya d’Alger, à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre les violences faites aux femmes, à toutes les algériennes.
Le nombre de femmes battues en Algérie a atteint un seuil très alarmant, et c’est pourquoi il est temps que ces femmes brisent le tabou et se rapprochent de la justice afin de mettre fin à ce fléau, a estimé, hier, Soumia Salhi, militante et syndicaliste. «Les femmes doivent savoir qu’il est grand temps de ne plus souffrir en silence de ces violences perpétrées contre elles. Il faut que chaque personne dans cette société s’investisse du mieux qu’elle peut pour résoudre ce problème», a affirmé Mme Salhi qui intervenait lors du lancement de la campagne nationale d’information et de sensibilisation à travers toutes les wilayas du pays, à Alger. Pour elle, la violence est un vrai problème auquel chaque personne peut être confrontée. C’est la raison pour laquelle même les hommes doivent contribuer à lutter contre ce problème. «Il faut agir immédiatement pour réussir à stopper cette violence que subissent les femmes au quotidien, notamment sur leur lieu de travail, dans la rue ou à la maison», a-t-elle plaidé.
La militante a toutefois souligné que même la société joue un très grand rôle dans la protection de ces personnes, car il est important d’assurer une meilleure information via les organismes en charge de cette cause. «Il est impératif que la société prenne en charge les associations chargées de défendre ces femmes, afin qu’elles puissent s’acquitter correctement de leurs tâches», a-t-elle dit, avant d’enchaîner que l’objectif principal de ces institutions est de protéger toutes les victimes de violences et leur rendre leurs droits par le biais de la justice. Sur ce volet, Mme Salhi a souligné l’importance d’informer ces personnes sur leurs droits. «A travers cette campagne, nous allons aider les femmes battues à prendre des initiatives afin que leurs droits soient rendus. Il faut en premier lieu les informer sur l’importance de se rendre en justice, car c’est le seul moyen qui aidera à stopper cet acte barbare», a-t-elle expliqué. Cette campagne, qui se poursuivra durant toute l’année, a été lancée suite aux chiffres alarmants révélés dernièrement par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH). Selon le CNDH, plus de 7500 femmes ont été victimes de violences en Algérie durant les neuf premiers mois de l’année en cours. A cet effet, le comité a décidé d’organiser cette campagne afin d’aider ces femmes à dépasser leur peur en brisant le mur du silence, et aussi les informer de leurs droits. A chaque occasion, le comité se réunira pour faire le point sur la situation actuelle, mais aussi pour trouver des solutions concrètes à ce fléau et aux nombreuses victimes qui le subissent.

Radia Choubane

Check Also

Hirak, flambée des prix, marasme social.. 2019, un Ramadan exceptionnel !

Du moins pour les initiés et les avertis. Toutefois, avec un peu de réticence en …