Home / Actualité / Zaâlane à propos d’Air Algérie: «Des turbulences mais pas en faillite»

Zaâlane à propos d’Air Algérie: «Des turbulences mais pas en faillite»

Le ministre des Transports et des Travaux publics a reconnu que la compagnie  «vit des difficultés financières mais elle est toujours debout».

Abdelghani Zaâlane, en visite d’inspection de plusieurs chantiers de son secteur dans la capitale, a toutefois précisé que contrairement à ce qui se dit, «Air Algérie n’est pas en faillite», en voulant pour preuve le «nombre important de vols effectués l’été dernier pour transporter des milliers de voyageurs que ce soit vers l’Europe ou vers les lieux saints. S’agissant des difficultés en question, il affirme sa confiance accordée au staff mis en place, à leur tête le PDG, depuis quelques mois et qui s’attelle actuellement à l’élaboration du plan de développement destiné à faire sortir la compagnie de sa situation actuelle.» Entre autres missions, ajoute le ministre, l’équipe dirigeante se consacre à la filialisation à l’exemple de la «filière cargo» qui a effectué récemment le transport de légumes et fruits vers Marseille à partir de l’aéroport de Biskra. D’autres filières, comme le catering, sont inscrites dans ledit plan de développement. S’agissant de l’appel lancé par le PDG de cette boite aux travailleurs, le ministre a expliqué que «ce dernier, conscient des difficultés rencontrées par l’entreprise en matière de maintenance et compte tenu de la dévaluation du dinar et bien évidemment de la situation du pays touché par les retombées de la crise économique mondiale, a appelé tous les employeurs à consentir quelques sacrifices, redoubler d’efforts et relever le défi visant à redresser la compagnie». Le premier responsable du secteur admet toutefois que les revendications sont parfois légitimes mais compte tenu des urgences, il est recommandé de les ajourner jusqu’à ce que la compagnie ait une meilleure santé financière. «Il faut juste savoir qu’Air Algérie n’appartient ni à son directeur ni à quiconque, c’est un acquis national aux couleurs de l’Algérie qu’il y a lieu de préserver», a-t-il rappelé.
Parallèlement, le ministre a affirmé que les travaux d’extension de l’aérogare d’Alger sont à un taux d’avancement de 75%. Sa réception prévue pour septembre /octobre 2018 et son exploitation, après son raccordement avec la ligne de chemin de fer vers la fin de la même année alors que sa liaison avec le métro se fera dans trois ans.
A la suite de sa visite, le ministre, qui était accompagné du wali Abdelkader Zoukh, s’est dit satisfait de l’avancement des projets de son secteur dans la capitale. «La finalisation de ces projets notamment ceux liés directement aux dédoublements et à l’élargissement des voies de circulation routière aura un impact très positif sur la tension créée à ce sujet.» Alger, dira-t-il, est une mégapole de plus de cinq millions d’habitants sans compter le nombre important de visiteurs quotidiennement. Elle a bénéficié de 40 projets destinés à éliminer les points noirs et apporter le confort nécessaire pour les Algérois et les visiteurs. Mais les choses ne sont pas de la simplicité que nous imaginons quand on sait que les aménagements nécessitent un tas de déplacements de réseaux d’eau, électricité, gaz, téléphone etc. Ces projets sont à 80% pris en charge par le budget de la wilaya. Ces sacrifices ont pour objectif majeur de mettre la capitale au diapason des grandes métropoles méditerranéennes tel qu’inscrit par le plan stratégique de développement dédié à la capitale conformément aux instructions du président de la République.

Doubler le nombre de voyageurs…

Zaâlane a cependant tenu à insister sur deux projets particuliers de par leur impact sur le règlement en grande partie de la circulation routière à savoir la liaison de la rocade sud avec la 2ème rocade devant aboutir à l’évitement des villes de Cherarba et Eucalyptus ainsi que celui d’Oued Ouchayah sur la RN1. Les camions de gros tonnage quittant le port d’Alger ont une opportunité de rejoindre sans encombre la 2ème rocade en évitant les deux points noirs cités. Toujours au même registre, le ministre a évoqué l’importance du métro et du tramway. «Nous allons réceptionner deux élargissements importants qui nous permettront de doubler le nombre de voyageurs qui passe de 100.000, actuellement à 200.000 en 2018 avant d’atteindre 300.000 voyageurs avec le raccordement de la station de métro d’El Harrach avec l’aéroport via Bab Ezzouar. Revenant également sur les feux tricolores, il a confirmé que l’entreprise algéro-espagnole est en voie de finaliser les études pour l’installation dans un mois de 300 systèmes commandés par le centre de contrôle du trafic routier. Comme, il y’ aura aussi des panneaux numériques avisant les usagers de la route sur les points noirs de congestion et les issues à prendre pour leur évitement. Le ministre a indiqué enfin que les travaux au niveau de la Place des Martyrs ont un caractère particulier lié aux fouilles archéologiques qui ont pris un certain temps. «Il s’agit là, dit-il, d’un site revêtant un caractère historique et le gouvernement a pris toutes les mesures pour sa préservation et en faire un ensemble du patrimoine national touchant la mosquée Ketchaoua, la Grande Mosquée et le musée à côté de la station de métro».

Ali Fares

About Armadex

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …