Home / Actualité / Zetchi et la violence dans les stades: «Pas question d’arrêter nos championnats»

Zetchi et la violence dans les stades: «Pas question d’arrêter nos championnats»

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheireddine Zetchi, écarte totalement l’éventualité de geler les compétitions nationales, en raison de cette flambée de violences dans nos stades.

«Pas question d’arrêter nos championnats à cause de la violence dans nos stades. Il faut une mobilisation générale et un travail de sensibilisation pour lutter contre ce phénomène. On doit appliquer rigoureusement la réglementation contre les fauteurs de troubles sans trop verser dans la répression, et s’inspirer des expériences des autres, à l’image de l’Angleterre qui s’est débarrassée du hooliganisme», a affirmé, hier matin, Zetchi sur les ondes de la radio algérienne, tout en appelant les acteurs du football national à plus de retenue et de sagesse, pour éviter les déclarations incendiaires qui incite à la violence. Interpellé à nouveau sur l’autre fléau qui ronge le sport roi algérien, à savoir la corruption, et sur les dernières publications de France Football et de la BBC, le président de la FAF s’en remet à la commission d’éthique dont la Fédération s’est dotée, conformément aux statuts de la FIFA. «France Football et la BBC n’ont apporté aucun nouvel élément qui nous permet d’ouvrir une enquête. Si on a le moindre soupçon sur l’arrangement du résultat d’un match, la commission d’éthique ouvrira une enquête et transmettra le dossier à la justice si on a des preuves tangibles. C’est notre défi», rabâche le nouveau patron du football national, tout en précisant que ce fléau n’est pas propre à l’Algérie.

«La corruption est un phénomène planétaire»

«La corruption dans le football est un phénomène planétaire. On entend parler de matches truqués et sur des paris dans divers pays. On parle de corruption dans le football dans tous les pays du monde», lance Zetchi qui a été également questionné une nouvelle fois sur la dernière fracassante sortie de l’ancien driver des Verts et directeur technique national, Rabah Saâdane, sur la fameuse demi-finale de la CAN 2010 contre l’Egypte en Angola. «Je n’ai aucun commentaire à faire sur la sortie de Saâdane qui est responsable de ses paroles. Ses paroles ne serviront pas le football national. Je l’appelle comme tout le monde à dire toute la vérité sur cette affaire qui ne nous expose pas à des sanctions de la FIFA. Ses affirmations ne sont guère préjudiciables pour l’équipe nationale où l’on est concentré sur les prochains matches et sur nos objectifs, notamment la CAN 2019 où on espère être dans le carré d’as. On a trouvé en la personne de Djamel Belmadi l’entraîneur idéal et adéquat, capable de remettre le train sur rails et assurer la stabilité au niveau de la sélection nationale», a souligné Zetchi qui ne regrette vraisemblablement le départ de Saâdane de la DTN que dirige provisoirement Ameur Chafik, directeur technique adjoint chargé de la Formation.

«Que Saâdane dise toute la vérité»

«On a d’autres compétences qui font un travail colossal au niveau de la DTN et les fruits de leur travail seront récoltés dans quelques années. On sait où on va. On veut remettre tout le monde à travailler sur la base, sur la formation. On veut changer l’état d’esprit et les mentalités. Si on prend ce chemin de la formation, on aura des joueurs formés selon des standards internationaux, des sélections de jeunes performantes et un championnat de qualité», dira le président de la FAF, avant de se prononcer sur les erreurs commises par la nouvelle vedette de l’arbitrage algérien, Mehdi Abid Charef, lors de la finale aller de la Ligue des champions d’Afrique et les soupçons de corruption qui pèsent sur lui. «C’est vrai qu’Abid Charef n’a pas fait une grande finale et il ne faut pas aller jusqu’à l’accuser de toucher de l’argent. J’espère que ces propos ne sont pas sérieux. Pour nous, Abid Charef reste un arbitre international de qualité. On a vu des erreurs d’arbitrage même en finale de la Coupe du monde. Un arbitre peut se tromper. Sur le plan local, on est déterminé à sanctionner sévèrement les arbitres qui faussent les résultats des matches par erreur. Il y a présomption d’innocence jusqu’à preuve du contraire», a-t-il souligné.

«Le Ministre n’a jamais été contre la construction des centres fédéraux»

Concernant les centres techniques fédéraux que la FAF compte bâtir, Zetchi a affirmé que le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, soutient ce projet. «Je suis d’accord avec Monsieur le Ministre lorsqu’il dit qu’il faut rationnaliser et optimiser l’utilisation des centres sportifs existant à travers le territoire national. S’agissant du projet de construction des centres de formation fédéraux qui a été adopté à l’unanimité par les membres de l’AG de la FAF, j’ai eu des discussions avec le Ministre lorsqu’il a été installé à la tête de ce département et on a été d’accord sur le retour à la formation. Il a toujours appuyé la FAF dans sa démarche. On avait sollicité par le passé le MJS pour mettre à la disposition de la FAF certaines de ses structures pour qu’on puisse lancer des académies avant le lancement des travaux de ces centres fédéraux qui vont durer parfois 24 et d’autres 36 mois. M. Hattab a mis notre disposition le centre de Khemis Méliana qui va abriter le premier noyau d’une académie. On a demandé la possibilité d’avoir d’autres centres. Sa réponse a été positive. Il va accompagner la FAF en mettant à sa disposition quelques centres comme celui de Bel-Abbès, pour lancer ces académies, en attendant la construction des centres fédéraux. Monsieur le Ministre n’a jamais été contre la construction des centres fédéraux. Qu’on arrête de manipuler ses propos.
On a eu son accord pour la réalisation de ces CTR. La politique de formation doit absolument reprendre ses droits si on veut voir notre football briller de nouveau. Même l’argent destiné au football amateur qui représente plus de 90% du football national, en termes de nombres de licenciés, doit aller vers la formation et non pas pour le payement des salaires des joueurs seniors», a expliqué Zetchi.

Larbi Bouazza

Check Also

Bensalah réitère son appel au dialogue et assure : «L’Etat et l’ANP ne seront pas parties prenantes»

Il a insisté, dans ce contexte, sur le fait que le dialogue «devra nécessairement se …